Tous les articles par Patrica Vannier

Hommage à Georges Balandier

Hommage à GEORGES BALANDIER
Du 11 décembre 2017 au 29 mars 2018

Journée d’étude
Rencontre-Débat
Conférences publiques

JOURNÉE D’ÉTUDE
Les mondes en mouvement de Georges Balandier

Lundi 11 décembre 2017
Grand amphithéâtre – 12, rue de l’Ecole de médecine 75006 Paris 

14:00 – 14:15       Accueil
Par le Président de l’université Paris Descartes, le Président de l’AISLF, le Doyen de la Faculté des sciences humaines et sociales – Sorbonne, la Directrice du département de sciences sociales.

14:15 – 14:30       Projection
Extrait de l’entretien avec Georges Balandier, « Une anthropologie des moments critiques », in Savoir et Mémoire, n°6, 1995.

14:30 – 15:00       Conférence d’ouverture : La figure plurielle de Georges Balandier
Jean-Pierre Dozon (directeur de recherche émérite IRD, directeur d’études à l’EHESS)

15:00 – 15:45       Georges Balandier, autobiographe et écrivain
Modérateur : Francis Affergan (professeur émérite, université Paris Descartes, CANTHEL)
Intervenant(e)s : Bernard Valade (professeur émérite, université Paris Descartes, CANTHEL), Nadège Mézié (ATER, université Paris Descartes, CANTHEL)

15:45 – 16:30       Georges Balandier, sociologue africaniste
Modératrice : Sylvie Pfleger (maître de conférences HDR, université Paris Descartes, CERLIS, directrice du département de sciences sociales)
Intervenants : Abel Kouvouama (professeur, université de Pau et des pays de l’Adour, ITEM, CR 37 de l’AISLF), Erwan Dianteill (professeur, université Paris Descartes, directeur du CANTHEL)

16:30 – 17:00       Pause café

17:00 – 17:45       Georges Balandier, président de l’AISLF
Modératrice : Patricia Vannier (maître de conférences, université Toulouse Jean Jaurès, LISST-Cers, CR 11 de l’AISLF)
Intervenant(e)s : Edward Tiryakian (professeur émérite, Duke University, président d’honneur de l’AISLF), Régine Oboa (professeure, université Marien Ngouabi Brazzaville, correspondante AISLF pour l’Afrique centrale)

17:45 – 18:30       Georges Balandier, anthropologue du pouvoir et de la surmodernité
Modérateur : Henri Ossébi (Ambassadeur, Délégué permanent du Congo-Brazzaville auprès de  l’UNESCO, ancien membre du bureau de l’AISLF)
Intervenant(e)s : Claude Javeau (professeur émérite, université libre de Bruxelles, ancien secrétaire général de l’AISLF), Mélissa Elbez (doctorante EHESS, IRIS)

18:30 – 19:00       Conférence de clôture : Georges Balandier, l’homme sans traditions ?
Jean Copans (ancien professeur, université d’Amiens et université Paris Descartes, CR 37 de l’AISLF)

RENCONTRE-DÉBAT
Autour de Georges Balandier

Mardi 23 janvier 2018
18:00 – 20:00
Bibliothèque Universitaire SHS Descartes-CNRS
Bâtiment Jacob, Centre Universitaire des Saints Pères,

45, rue des Saints Pères 75006 Paris

Présentation du dossier consacré à Georges Balandier dans le n°6 de la revue cArgo et du n°228 des Cahiers d’études africaines : «Terrains et fugues de Georges Balandier»
Delphine Manetta (docteure, université Paris Descartes, ANTHEL), rédactrice adjointe de la revue cArgo, et l’équipe rédactionnelle des Cahiers d’Études Africaines.

CYCLE DE CONFÉRENCES PUBLIQUES
de janvier à mars 2018

inscrites au programme de l’École Doctorale SHS Paris Descartes

Présentées par Monique Hirschhorn (professeure émérite, université Paris Descartes, CERLIS,  présidente d’honneur de l’AISLF)

De 17:00 à 19:00
Sorbonne, amphithéâtre Durkheim – 4, rue Victor Cousin 75005 Paris

Jeudi 25 janvier 2018 : La territorialisation du sacré
Robert Ziavoula (professeur à l’INALCO, CESSMA)

Jeudi 8 février 2018  : À la recherche d’une anthropologie postcoloniale perdue
Jean Copans (ancien professeur, université d’Amiens et université Paris Descartes, CR 37 de l’AISLF)

Jeudi 8 mars 2018 : Une anthropologie de la surmodernité est-elle possible ?
Jan Spurk (professeur, université Paris Descartes, PHILéPOL, GT 29 de l’AISLF)

Jeudi 29 mars 2018 : Jusqu’où la situation coloniale définie par Georges Balandier permet-elle de penser le monde contemporain ?
Marie Salaün (professeure, université Paris Descartes, CANTHEL)

ENTRÉE GRATUITE
INSCRIPTION OBLIGATOIRE
aislf.jebalandier@gmail.com

Programme à télécharger : http://cr11aislf.hypotheses.org/files/2017/11/Programme_Balandier_AISLF_UPD_WEB-VD.pdf

Comité d’organisation
Monique Hirschhorn (AISLF/UPD)
Jean-Yves Le Talec (AISLF)
Odile Saint-Raymond (AISLF)
Sylvie Pfleger (UPD)
Comité scientifique
Francis Affergan (UPD)
Erwan Dianteill (UPD)
Jean-Pierre Dozon (IRD/EHESS)
Imed Melliti (AISLF)
Marc-Henry Soulet (AISLF)
Organisé par l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française et l’université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité.
Service Communication – Faculté SHS Université Paris Descartes – 2017. Crédits photo : DR

60 ans de sociologie à Toulouse – Retour sur les moments fondateurs

En 1957, il y a 60 ans, était créé à Toulouse à l’initiative de Raymond Ledrut, le « Centre de Recherches Sociologiques » qu’il dirigea jusqu’en 1982. Par la suite, la recherche sociologique toulousaine s’est ramifiée en diverses unités de recherche alors que l’enseignement, depuis l’ouverture de la licence en 1959, connaissait une croissance continue pour constituer l’un des départements de sociologie les plus importants du pays.
Le CERS, issu de cette première structure dont il a conservé l’acronyme, et aujourd’hui équipe de l’UMR LISST (UMR 5193), a pris l’initiative de revenir, à l’occasion de l’anniversaire de cet événement fondateur, sur les moments forts qui ont structuré la recherche et l’enseignement à Toulouse.
Quelles étaient les premières thématiques de recherche ? Qui étaient les commanditaires ? Comment conduisait-on les enquêtes sur le terrain ? Comment faisait-on de la recherche avant internet ? Comment s’opéraient les liens entre la recherche et l’enseignement ? Comment conciliait-on l’enseignement et la recherche avant la massification des universités ?
Autant de questions auxquelles d’anciens collègues, enseignants et chercheurs, tenteront de répondre en témoignant de leur expérience à partir d’une de leurs recherches menée dans un contexte universitaire, politique, social, économique… bien différent de celui d’aujourd’hui.
L’objectif de cette journée est de transmettre aux jeunes générations une part de l’histoire universitaire toulousaine, trop souvent ignorée ou oubliée, pour qu’elle devienne aussi leur histoire.

Programme : http://cr11aislf.hypotheses.org/files/2017/11/Programme-verso-JE-30.06.17.jpg

Comité d’organisation :
Béatrice Milard : milard@univ-tlse2.fr
Michel Grossetti : michel.grossetti@univ-tlse2.fr
Patricia Vannier : patricia.vannier@univ-tlse2.fr

Strasbourg : une sociologie au cœur de l’Europe

Appel à Communications

Colloque international, Strasbourg, 17- 18 mai 2018

Maison des Sciences de l’Homme d’Alsace

organisé par le CR 11 AISLF Histoire de la Sociologie

Strasbourg a été du XIX° au XX° siècle, d’abord une ville française, chef-lieu du département du Bas-Rhin, ensuite elle est devenue une ville de l’Empire Allemand, capitale du Reichsland (Elsass- Lothringen), puis à nouveau une ville française siège du Conseil de l’Europe, siège du Parlement Européen, puis la capitale de la région Alsace et de la région Grand Est.
Pendant la période allemande, son université, la Kaiser Willhelms Universität Strassburg, est prestigieuse et joue un rôle important dans le développement de la sociologie. Les étudiants (Ferdinand Tönnies, Max Weber qui fit son service militaire et dont l’oncle Baumgarten enseignait à l’Université, Robert E.Park, l’étudiant américain qui entame sa thèse de doctorat et n’oubliera jamais le professeur Friedrich Knapp et ses leçons sur le paysannat allemand) sont prometteurs. Le Professeur Windelband est célèbre pour sa leçon inaugurale d’épistémologie (1894), traduite en français en 2001 sous le titre : « Histoire et sciences de la nature ». Gustav von Schmoller fonde en 1872 le Verein fûr Sozial Politik dans lequel vont s’inscrire les écrits de sociologie rurale de Max Weber et de son frère Alfred. En 1914, arrive le nouveau professeur berlinois, Georg Simmel, qui va occuper une chaire universitaire pour enseigner la philosophie et la pédagogie. Georg Simmel meurt à Strasbourg en 1918.
En 1919, lorsque l’université française est constituée, l’intérêt pour la sociologie va s’affirmer, la chaire de pédagogie et de sociologie deviendra en 1922 la première chaire de sociologie en France. Le recrutement de Maurice Halbwachs, dont les parents ont quitté l’Alsace en 1871, permet l’enseignement d’une sociologie durkheimienne, mais aussi de manifester, comme le fera Georges Gurvitch à son tour, de l’intérêt pour l’Allemagne. John Craig, historien américain de l’Université de Strasbourg, considère que la période la plus faste fut celle de la collaboration de Maurice Halbwachs avec Lucien Febvre et Marc Bloch pour la création de la Revue Annales d’histoire économique et sociale (1929). Mais au début de la deuxième guerre mondiale et après l’annexion de l’Alsace-Lorraine, l’université française sera transfèrée à Clermont-Ferrand, Georges Gurvitch considéré comme juif apatride doit fuir aux Etats-Unis en 1940. Il ne reviendra plus à Strasbourg et poursuivra sa carrière à la Sorbonne.
Ce n’est qu’en 1958 avec la création de la licence de sociologie dans quatre universités françaises que la sociologie va de nouveau se développer. L’enseignement de la discipline permet en effet à l’université d’accueillir de nombreux sociologues ainsi que des ethnologues venus de toute l’Union Française. Vont enseigner à Strasbourg, Henri Lefebvre, Abraham Moles, Dominique Zahan, Julien Freund, Pierre Erny, Freddy Raphaël, Viviana Paques, Christian de Montlibert ; ils vont contribuer à faire évoluer la discipline en s’intéressant à de nouveaux objets et en bousculant les cloisonnements disciplinaires. Tout en restant enracinée localement, la sociologie strasbourgeoise s’ouvre sur le monde.
L’histoire de la sociologie strasbourgeoise est donc, comme on le voit, une histoire riche et complexe, elle pourra être étudiée sous différents angles : celui de son institutionnalisation qui fera d’une discipline marginale une discipline de plus en plus centrale, celui de l’influence du contexte historique lorsque par exemple sous le Reichsland les tensions entre les deux nations s’exacerbent. On pourra aussi s’intéresser aux biographies intellectuelles, à ce qu’a par exemple signifié le passage par Strasbourg de Halbwachs et Gurvitch. On peut aussi se centrer sur les cercles de pensée autour de Marcel Mauss par exemple, ou celui des Annales, du Verein du Pasteur Naumann, celui de la Revue Alsacienne Illustrée, du cercle de Max et Marianne Weber à Heidelberg et de sa dispersion, ou encore à la façon dont les Trois Cultures identifiées par Wolf Lepenies se retrouvent rassemblées et confrontées.

Les résumés des communications d’une dizaine de lignes sont attendus pour le 15 février 2018 au plus tard (ils peuvent être rédigés dans l’une des trois langues : français, allemand ou anglais), Continuer la lecture de Strasbourg : une sociologie au cœur de l’Europe

La postérité de l’oeuvre de Durkheim (1858-1917) cent ans après

Bordeaux, 1er-3 Juin 2017

1917 – 2017 : un siècle après, le Centre Émile-Durkheim questionne l’actualité de l’œuvre d’Émile Durkheim.

Le Colloque international La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après se tiendra à Bordeaux les 1, 2 et 3 juin 2017, dans la ville qui accueillit les premiers cours de sociologie de Durkheim. Il est organisé dans le cadre de l’unité mixte de recherche qui doit son nom à ce Bordelais d’adoption (entre 1887 et 1902) pour marquer symboliquement sa dilection pour la méthode comparative : le Centre Émile-Durkheim (UMR 5116).

Toutes les informations nécessaires (programmes, modalités d’inscription) sont disponibles sur le site dédié : https://durkheim17.sciencesconf.org/

Contribution au débat sur l’histoire de la sociologie

Pour poursuivre le débat sur l’histoire de la sociologie telle qu’elle se fait aujourd’hui, nous vous proposons de redécouvrir le texte de Massimo Borlandi.

Rédigé en 1998, ce texte fut publié en 2000 dans l’ouvrage L’Acteur et ses raisons. Mélanges en l’honneur de Raymond Boudon (Paris, Puf, p. 88-109) et repris en l’état par la revue italienne Storiografia l’année suivante (n° 5, p. 47-65). Massimo Borlandi, à l’époque professeur d’Histoire de la pensée sociologique à l’Université de Turin, y réagissait à l’article de Raymond Boudon de 1992 « Comment écrire l’histoire des sciences sociales ? » paru dans la revue Communications (n° 54, p. 299-317) et réédité par Boudon dans le vol. 2 de ses Études sur les sociologues classiques (Puf, 2000, p. 323-351). Cette nouvelle édition ne diffère de la première que par les quelques retouches formelles que l’auteur a voulu y apporter et dont nous le remercions.

Massimo Borlandi

LA QUERELLE DES HISTORIENS ET DES PRÉSENTISTES

La querelle des historiens et des présentistes bat son plein depuis longtemps. Tout a commencé, si l’on s’en tient aux mots eux-mêmes, en juillet 1965. C’est à cette date qu’un éditorial signé George W. Stocking jr., historien de l’anthropologie, parut dans le troisième numéro du Journal of the History of the Behavorial Sciences. S’inspirant d’un célèbre livre d’Herbert Butterfield sur la manière Whig d’écrire l’histoire (l’histoire bâtie à l’usage des vainqueurs), Stocking établissait la distinction suivante : il y a des historiens des sciences de l’homme dont l’attitude est historicist et il y en a dont l’attitude est presentist. Les premiers étudient les idées du passé par amour du passé ; les seconds les étudient le regard tourné vers le présent.
Voici, grosso modo, comment raisonne l’historien à l’attitude historiciste : telle idée a-t-elle été énoncée telle année par tel auteur dans tel ouvrage ? Cela suffit pour que l’on s’en occupe. Et voici le raisonnement type de l’historien à l’attitude présentiste : telle idée énoncée telle année par tel auteur dans tel ouvrage est-elle actuelle (nous apprend-elle encore quelque chose) ? Alors on s’en occupe. Est-elle obsolète (périmée et synonymes) ? Alors on n’en tient pas compte.
Continuer la lecture de Contribution au débat sur l’histoire de la sociologie

Marc Joly – La révolution sociologique

Au tournant du XIXe et du XXe siècle, l’ordre de la pensée, du savoir et des représentations a été ébranlé par la sociologie naissante. L’image de l’« homme », de l’existence humaine, s’en est trouvée profondément bouleversée. Cette révolution sans morts ni barricades a en revanche fait de nombreuses victimes, à commencer par la philosophie. Face à l’idée d’une autonomie et d’une singularité irréductible des faits sociaux, parachevant le développement d’approches objectivistes de l’esprit humain, la philosophie s’est retrouvée acculée, sommée de se redéfinir et d’abandonner à la sociologie, au moins provisoirement, les terrains de la morale et des conditions de possibilité de la connaissance.
Avec Max Weber, Georg Simmel et Ferdinand Tönnies en Allemagne, Émile Durkheim et surtout Gabriel Tarde en France, la sociologie consacra, tout d’abord, le principe d’une pluralité de déterminations historiques et objectives pesant sur l’existence humaine. Elle ratifia, ensuite, l’avènement d’une conception nouvelle de la construction théorique, respectueuse de la complexité et de la force contraignante des faits ainsi que de la nature « sociale » des catégories de pensée et des pratiques de production et de transmission des connaissances.
Une grande partie de la philosophie du XXe siècle peut être lue comme une réponse à cette révolution cognitive. C’est ainsi que Henri Bergson, Georges Canguilhem, Martin Heidegger, William James, Karl Jaspers, Maurice Merleau-Ponty ou encore Bertrand Russell sont soumis, ici, à une grille d’analyse inédite.
Un ouvrage aussi documenté qu’audacieux, qui offre la première histoire croisée de la sociologie et de la philosophie.

 

Décès de François-André Isambert

François-André Isambert
(1924-2017)

Décédé à l’âge de 92 ans le 18 février 2017 à Bagneux, François-André Isambert était le dernier des membres fondateurs encore en vie du Groupe de sociologie des religions créé au CNRS en 1954 par le juriste Gabriel Le Bras et animé par Henri Desroche. Ce groupe s’est fait connaître à travers sa revue, les Archives de sociologie des religions, devenue Archives de sciences sociales des religions à partir de 1973. Également membre actif pendant une trentaine d’années de la Revue française de sociologie fondée par Jean Stoetzel, Isambert fait partie de cette génération d’après-guerre qui a reconstruit la sociologie en lui conférant l’assise d’une discipline universitaire à part entière. Moins présente dans l’espace public que celle de ses proches collègues comme Pierre Bourdieu, Alain Touraine ou Edgar Morin, l’œuvre d’Isambert appartient aux classiques sur les questions relatives au sacré, à la morale et à l’éthique. La rigueur conceptuelle, la précision historique et la réflexion critique sur le statut du savoir caractérisent son parcours. Continuer la lecture de Décès de François-André Isambert

Appel à communication

Colloque Pierre Clastres :
d’une ethnologie de terrain à une
anthropologie du pouvoir

L’association Anamnèse organise chaque année un colloque visant à mieux faire connaître le legs des sociologues et anthropologues disparu·e·s. À l’occasion des 40 ans de sa disparition, Anamnèse a décidé de rendre hommage à Pierre Clastres.

Décédé précocement en 1977 à l’âge de 43 ans dans un accident de la route, Pierre Clastres a marqué l’histoire de la discipline anthropologique. Formé dans la tradition structuraliste par Claude Lévi-Strauss lui-même, Pierre Clastres a pris ses distances avec cette tradition en proposant une épistémologie originale et complexe capable de renouveler la discipline. C’est sous l’impulsion de Lévi-Strauss et d’Alfred Métraux que Clastres va tourner son regard vers les peuples sud-amérindiens. De 1963 à 1968, il se livrera à un travail de terrain d’envergure au Paraguay parmi les Guayaki, les Guarani ou encore les Chulupi. Ses terrains chez les Yanomami du Venezuela puis les Guarani du Brésil lui permettront de recueillir suffisamment de matériaux pour aiguiser ses analyses sur les systèmes de pouvoir et l’organisation politique de ces peuples. La publication de son ouvrage La Société contre l’État (1974), à la fois synthèse théorique de ses observations ethnographiques et contribution majeure à l’anthropologie politique, va bouleverser la discipline. Il y développe une théorie originale dont le projet serait d’inventer une anthropologie du pouvoir, car selon lui la domination politique, dont découle la division entre dominants et dominés, n’a jamais souffert d’une quelconque remise en question en tant qu’elle a toujours été saisie par les théories politiques comme « structure ontologique de la société, comme l’état naturel de l’être social, la division en maîtres et sujets a constamment été pensée comme appartenant à l’essence de toute société réelle ou possible. » (Clastres, 1977). À travers la thèse selon laquelle les sociétés primitives ne sont pas des sociétés sans État, mais dont les structures empêchent l’émergence d’un pouvoir concentré dans un groupe restreint d’individu et sont par conséquent des sociétés contre l’État, c’est un esprit libertaire indéniable qui alimente ses écrits. Une telle réflexion permettra entre autres à l’anthropologie de l’époque de s’émanciper du marxisme évolutionniste hégémonique : les sociétés primitives ne sont plus ancrées dans des phases pré-étatiques ou pré-capitalistes.

À la fois critique du structuralisme et de l’économisme qu’incarnent les analyses marxistes orthodoxes de l’époque (Clastres, 1980), son travail continue d’alimenter les réflexions d’universitaires comme
de personnes impliquées dans des mouvements politiques. Son approche particulière qui trouve des continuateurs dans le champ anthropologique français ou américain se pose comme un détour incontournable pour qui prétend produire une pensée sur l’État, le pouvoir, ou encore la guerre.

Continuer la lecture de Appel à communication

Appel à Communications du RT 49 – VIIe Congrès de l’AFS

Appel à Communications du RT 49 – Histoire de la sociologie

VIIe Congrès de l’AFS, Amiens 3-6 juillet 2017

 

Le thème du prochain congrès « sociologie des pouvoirs, pouvoirs de la sociologie » nous invite à interroger la relation que notre discipline entretient avec le pouvoir en général et les pouvoirs en particulier. Du point de vue de l’histoire de la sociologie, cette question est essentielle car la sociologie s’est construite en France comme en Allemagne en dévoilant les pouvoirs en place, en éclairant les pouvoirs émergents, ce qui a pu la faire apparaître comme une discipline spécialiste de cette question, mais aussi comme une discipline de dénonciation des pouvoirs en place, qu’ils soient d’ordre politique, économique, académique…

Nous consacrerons ainsi une session à la question du rôle joué historiquement par la sociologie dans la compréhension des divers pouvoirs, de leurs mécanismes, de leurs finalités, de leur efficacité, de leur justice, etc. Comment le contexte social et politique a-t-il pesé sur les problématiques développées ? Quelles formes d’inégalités sociales les divers pouvoirs en place réussissaient-ils à légitimer et par quels processus ? Peut-on faire état d’une cumulativité des résultats dans ce domaine ? Ou bien les connaissances restent-elles situées, contextuées et datées ? Par ailleurs, peut-on faire une sociologie des divers pouvoirs sans s’interroger sur les effets produits et donc sur les pouvoirs de la sociologie ?

Une autre session portera ainsi sur le(s) pouvoir(s) de la sociologie, pouvoir de dénonciation, contre-pouvoir, qu’a longtemps mis en avant la sociologie de P. Bourdieu par exemple, en cherchant à débusquer et dénoncer les pouvoirs dans toutes les sphères (politique, médiatique, culturelle, économique, etc.) et toutes les formes de pouvoir. Cette sociologie des pouvoirs ne conduit-elle pas la sociologie à s’interroger sur son pouvoir ou son impuissance à agir sur la réalité ? Et ce pouvoir de la sociologie ne conduit-il pas implicitement ou explicitement le sociologue à une forme d’engagement ? Continuer la lecture de Appel à Communications du RT 49 – VIIe Congrès de l’AFS

La sociologie et les sciences sociales à Genève (1900-1950) – Appel à contribution

APPEL A CONTRIBUTION POUR UN OUVRAGE COLLECTIF
La sociologie et les sciences sociales à Genève (1900-1950)
coord. Marine DHERMY-MAIRAL et Cécile ROL

Malgré  une  série  de  contributions  phares,  comme  celles  de  Giovanni  Busino  ou  de  Markus Zürcher1, l’histoire de la sociologie reste sous-explorée en Suisse. Cet ouvrage  collectif propose de pallier ce manque en étudiant le déploiement de la discipline à Genève durant la première moitié du XXe siècle. Quels furent les acteurs de la sociologie avant la création d’une faculté autonome de sciences  économiques  et  sociales  en  1915 ?  Quelles  autres  institutions,  universitaires  ou  para universitaires,  ont  servi  de  relais  aux  sciences  sociales  jusqu’au  début  de  la  Seconde  Guerre mondiale ? Peut-on constater l’existence de configurations disciplinaires originales qui distinguent Genève tant au niveau national qu’au niveau international (France, Allemagne,  Italie, Belgique) ? Dans quelle mesure le conflit a-t-il conduit à une réorientation des deux grandes tendances qu i se dégagent de la période de l’entre-deux-guerres, avec d’une part, un rattachement de la sociologie à l’économie  et  notamment  l’économie  sociale,  et  de  l’autre,  une  forte  proximité  aux  grandes institutions  internationales,  comme  le  Bureau  international  du  travail  et  la  Société  des  Nations ? Que devinrent les acteurs des sciences sociales de Genève pendant la Seconde Guerre Mondiale ?

Les propositions de contributions peuvent être adressées, sous forme de bref argumentaire (1500 s. maximum)  accompagné  d’une  courte  présentation  de  l’auteur,  à  Marine  Dhermy-Mairal  et  Cécile Rol jusqu’au 15 janvier 2017.
marine.dhermy@iepg.fr
cecile.rol@soziologie.uni-halle.de

1 Busino Giovanni & Sven Stelling-Michaud (1965), Matériaux pour une histoire des sciences sociales à Genève (1873-1915), Genève, éd. Droz ; Zürcher Markus (1997), « La reconstruction d’une tradition oubliée: les débuts précoces de la sociologie  en  Suisse  »,  in  Diana  Le  Dinh,  Les  annuelles.  Histoire  et  société  contemporaines,  n°8,  L’avènement  des sciences sociales comme disciplines académiques, Lausanne, éd. Antipodes.