Archives de catégorie : Activités du CR

Hommage à Georges Balandier

Hommage à GEORGES BALANDIER
Du 11 décembre 2017 au 29 mars 2018

Journée d’étude
Rencontre-Débat
Conférences publiques

JOURNÉE D’ÉTUDE
Les mondes en mouvement de Georges Balandier

Lundi 11 décembre 2017
Grand amphithéâtre – 12, rue de l’Ecole de médecine 75006 Paris 

14:00 – 14:15       Accueil
Par le Président de l’université Paris Descartes, le Président de l’AISLF, le Doyen de la Faculté des sciences humaines et sociales – Sorbonne, la Directrice du département de sciences sociales.

14:15 – 14:30       Projection
Extrait de l’entretien avec Georges Balandier, « Une anthropologie des moments critiques », in Savoir et Mémoire, n°6, 1995.

14:30 – 15:00       Conférence d’ouverture : La figure plurielle de Georges Balandier
Jean-Pierre Dozon (directeur de recherche émérite IRD, directeur d’études à l’EHESS)

15:00 – 15:45       Georges Balandier, autobiographe et écrivain
Modérateur : Francis Affergan (professeur émérite, université Paris Descartes, CANTHEL)
Intervenant(e)s : Bernard Valade (professeur émérite, université Paris Descartes, CANTHEL), Nadège Mézié (ATER, université Paris Descartes, CANTHEL)

15:45 – 16:30       Georges Balandier, sociologue africaniste
Modératrice : Sylvie Pfleger (maître de conférences HDR, université Paris Descartes, CERLIS, directrice du département de sciences sociales)
Intervenants : Abel Kouvouama (professeur, université de Pau et des pays de l’Adour, ITEM, CR 37 de l’AISLF), Erwan Dianteill (professeur, université Paris Descartes, directeur du CANTHEL)

16:30 – 17:00       Pause café

17:00 – 17:45       Georges Balandier, président de l’AISLF
Modératrice : Patricia Vannier (maître de conférences, université Toulouse Jean Jaurès, LISST-Cers, CR 11 de l’AISLF)
Intervenant(e)s : Edward Tiryakian (professeur émérite, Duke University, président d’honneur de l’AISLF), Régine Oboa (professeure, université Marien Ngouabi Brazzaville, correspondante AISLF pour l’Afrique centrale)

17:45 – 18:30       Georges Balandier, anthropologue du pouvoir et de la surmodernité
Modérateur : Henri Ossébi (Ambassadeur, Délégué permanent du Congo-Brazzaville auprès de  l’UNESCO, ancien membre du bureau de l’AISLF)
Intervenant(e)s : Claude Javeau (professeur émérite, université libre de Bruxelles, ancien secrétaire général de l’AISLF), Mélissa Elbez (doctorante EHESS, IRIS)

18:30 – 19:00       Conférence de clôture : Georges Balandier, l’homme sans traditions ?
Jean Copans (ancien professeur, université d’Amiens et université Paris Descartes, CR 37 de l’AISLF)

RENCONTRE-DÉBAT
Autour de Georges Balandier

Mardi 23 janvier 2018
18:00 – 20:00
Bibliothèque Universitaire SHS Descartes-CNRS
Bâtiment Jacob, Centre Universitaire des Saints Pères,

45, rue des Saints Pères 75006 Paris

Présentation du dossier consacré à Georges Balandier dans le n°6 de la revue cArgo et du n°228 des Cahiers d’études africaines : «Terrains et fugues de Georges Balandier»
Delphine Manetta (docteure, université Paris Descartes, ANTHEL), rédactrice adjointe de la revue cArgo, et l’équipe rédactionnelle des Cahiers d’Études Africaines.

CYCLE DE CONFÉRENCES PUBLIQUES
de janvier à mars 2018

inscrites au programme de l’École Doctorale SHS Paris Descartes

Présentées par Monique Hirschhorn (professeure émérite, université Paris Descartes, CERLIS,  présidente d’honneur de l’AISLF)

De 17:00 à 19:00
Sorbonne, amphithéâtre Durkheim – 4, rue Victor Cousin 75005 Paris

Jeudi 25 janvier 2018 : La territorialisation du sacré
Robert Ziavoula (professeur à l’INALCO, CESSMA)

Jeudi 8 février 2018  : À la recherche d’une anthropologie postcoloniale perdue
Jean Copans (ancien professeur, université d’Amiens et université Paris Descartes, CR 37 de l’AISLF)

Jeudi 8 mars 2018 : Une anthropologie de la surmodernité est-elle possible ?
Jan Spurk (professeur, université Paris Descartes, PHILéPOL, GT 29 de l’AISLF)

Jeudi 29 mars 2018 : Jusqu’où la situation coloniale définie par Georges Balandier permet-elle de penser le monde contemporain ?
Marie Salaün (professeure, université Paris Descartes, CANTHEL)

ENTRÉE GRATUITE
INSCRIPTION OBLIGATOIRE
aislf.jebalandier@gmail.com

Programme à télécharger : http://cr11aislf.hypotheses.org/files/2017/11/Programme_Balandier_AISLF_UPD_WEB-VD.pdf

Comité d’organisation
Monique Hirschhorn (AISLF/UPD)
Jean-Yves Le Talec (AISLF)
Odile Saint-Raymond (AISLF)
Sylvie Pfleger (UPD)
Comité scientifique
Francis Affergan (UPD)
Erwan Dianteill (UPD)
Jean-Pierre Dozon (IRD/EHESS)
Imed Melliti (AISLF)
Marc-Henry Soulet (AISLF)
Organisé par l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française et l’université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité.
Service Communication – Faculté SHS Université Paris Descartes – 2017. Crédits photo : DR

Strasbourg : une sociologie au cœur de l’Europe

Appel à Communications

Colloque international, Strasbourg, 17- 18 mai 2018

Maison des Sciences de l’Homme d’Alsace

organisé par le CR 11 AISLF Histoire de la Sociologie

Strasbourg a été du XIX° au XX° siècle, d’abord une ville française, chef-lieu du département du Bas-Rhin, ensuite elle est devenue une ville de l’Empire Allemand, capitale du Reichsland (Elsass- Lothringen), puis à nouveau une ville française siège du Conseil de l’Europe, siège du Parlement Européen, puis la capitale de la région Alsace et de la région Grand Est.
Pendant la période allemande, son université, la Kaiser Willhelms Universität Strassburg, est prestigieuse et joue un rôle important dans le développement de la sociologie. Les étudiants (Ferdinand Tönnies, Max Weber qui fit son service militaire et dont l’oncle Baumgarten enseignait à l’Université, Robert E.Park, l’étudiant américain qui entame sa thèse de doctorat et n’oubliera jamais le professeur Friedrich Knapp et ses leçons sur le paysannat allemand) sont prometteurs. Le Professeur Windelband est célèbre pour sa leçon inaugurale d’épistémologie (1894), traduite en français en 2001 sous le titre : « Histoire et sciences de la nature ». Gustav von Schmoller fonde en 1872 le Verein fûr Sozial Politik dans lequel vont s’inscrire les écrits de sociologie rurale de Max Weber et de son frère Alfred. En 1914, arrive le nouveau professeur berlinois, Georg Simmel, qui va occuper une chaire universitaire pour enseigner la philosophie et la pédagogie. Georg Simmel meurt à Strasbourg en 1918.
En 1919, lorsque l’université française est constituée, l’intérêt pour la sociologie va s’affirmer, la chaire de pédagogie et de sociologie deviendra en 1922 la première chaire de sociologie en France. Le recrutement de Maurice Halbwachs, dont les parents ont quitté l’Alsace en 1871, permet l’enseignement d’une sociologie durkheimienne, mais aussi de manifester, comme le fera Georges Gurvitch à son tour, de l’intérêt pour l’Allemagne. John Craig, historien américain de l’Université de Strasbourg, considère que la période la plus faste fut celle de la collaboration de Maurice Halbwachs avec Lucien Febvre et Marc Bloch pour la création de la Revue Annales d’histoire économique et sociale (1929). Mais au début de la deuxième guerre mondiale et après l’annexion de l’Alsace-Lorraine, l’université française sera transfèrée à Clermont-Ferrand, Georges Gurvitch considéré comme juif apatride doit fuir aux Etats-Unis en 1940. Il ne reviendra plus à Strasbourg et poursuivra sa carrière à la Sorbonne.
Ce n’est qu’en 1958 avec la création de la licence de sociologie dans quatre universités françaises que la sociologie va de nouveau se développer. L’enseignement de la discipline permet en effet à l’université d’accueillir de nombreux sociologues ainsi que des ethnologues venus de toute l’Union Française. Vont enseigner à Strasbourg, Henri Lefebvre, Abraham Moles, Dominique Zahan, Julien Freund, Pierre Erny, Freddy Raphaël, Viviana Paques, Christian de Montlibert ; ils vont contribuer à faire évoluer la discipline en s’intéressant à de nouveaux objets et en bousculant les cloisonnements disciplinaires. Tout en restant enracinée localement, la sociologie strasbourgeoise s’ouvre sur le monde.
L’histoire de la sociologie strasbourgeoise est donc, comme on le voit, une histoire riche et complexe, elle pourra être étudiée sous différents angles : celui de son institutionnalisation qui fera d’une discipline marginale une discipline de plus en plus centrale, celui de l’influence du contexte historique lorsque par exemple sous le Reichsland les tensions entre les deux nations s’exacerbent. On pourra aussi s’intéresser aux biographies intellectuelles, à ce qu’a par exemple signifié le passage par Strasbourg de Halbwachs et Gurvitch. On peut aussi se centrer sur les cercles de pensée autour de Marcel Mauss par exemple, ou celui des Annales, du Verein du Pasteur Naumann, celui de la Revue Alsacienne Illustrée, du cercle de Max et Marianne Weber à Heidelberg et de sa dispersion, ou encore à la façon dont les Trois Cultures identifiées par Wolf Lepenies se retrouvent rassemblées et confrontées.

Les résumés des communications d’une dizaine de lignes sont attendus pour le 15 février 2018 au plus tard (ils peuvent être rédigés dans l’une des trois langues : français, allemand ou anglais), Continuer la lecture de Strasbourg : une sociologie au cœur de l’Europe

XXe Congrès de l’AISLF, Montréal Juillet 2016 – Programme du CR 11

Mardi 5 juillet de 8h30 à 10h30
Session 1. Le rôle des institutions
Présidée par Monique Hirschhorn

08h30-08h50   Accueil et présentation générale des séances
08h50-09h10   Marine DHERMY-MAIRAL : « La science sociale, l’éducation morale et l’action, un tryptique pour le renouvellement de la sociologie: Célestin Bouglé et le Bureau international du travail (1920-1932) »
09h10-09h30 Marcel FOURNIER : « La Maison des Sciences de l’Homme-Paris et la sociologie »
09h30-09h50     Pause
09h50-10h10    Patricia VANNIER : «  A quoi servent les Congrès ? L’exemple des congrès internationaux de sociologie »
10h10-10h30 Khadija ZAHI et Mohamed ABABOU : « Collaboration internationale : modalités de construction et de mise en place des projets de collaborations scientifiques au Maroc »

Mardi 5 juillet de 14h à 17h
Session 2. Les contextes nationaux
Présidée par Patricia Vannier

14h00-14h20   Monique HIRSCHHORN : « Retour sur l’histoire de la sociologie des changements de la société française depuis 1950 »
14h20-14h40 Andrei GAGHI : « Nouvelles orientations dans l’histoire de la sociologie roumaine. Cooperativa Gusti »
14h40-15h00   Martine MESPOULET : « Sortie du communisme en Hongrie: Sociologues et statisticiens face à l’analyse de l’évolution de la structure sociale »
15h00-15h20    Nader VAHABI : « Quelle sociologie après la révolution iranienne de 1979 ? » (incertain) ou Discussion
15h20-15h40    Pause
15h40-16h00    Reiner KELLER : « Pourquoi faut-il croire aux sociologues ? L’exemple de la sociologie qualitative en France et en Allemagne »
16h00-16h20  Frédéric PARENT et Paul SABOURIN : « Pour une ethnographie historique de la sociologie : le cas de la sociologie québécoise »
16h20-16h40   Discussion
   

Mercredi 6 juillet de 8h30 à 10h30
Session 3. La réception des œuvres
Présidée par Marcel Rafie

08h30-08h50   Alexandre GOFMAN : « Sociologie de la mode et la mode en sociologie »
08h50-09h10  Jean-Christophe MARCEL : « L’héritage philosophique de la sociologie en question : la réception de l’anthropologie culturelle américaine en France dans les années 1950 »
09h10-09h30  Lorenzo MIGLIORATI : « La réception de Maurice Halbwachs en Italie : nouvelles vagues de redécouverte »
09h30-09h50   Pause
09h50-10h10  Baptiste BROSSARD : « Les conditions sociales d’un oubli: Charles H. Cooley et la sociologie francophone »
10h10-10h30 Arnaud SAINT MARTIN : « Des « classiques » faire un tri sélectif ? La position ambivalente de Robert K. Merton »

              Mercredi 4 juillet de 14h à 17h
Session 4. La construction des disciplines
Présidée par Khadija Zahi

14h00-14h20 Bertrand LAVOIE : « L’apport de l’interdisciplinarité à la  reconstitution des conditions de production des savoirs sociologiques »
14h20-14h40  Sébastien MOSBAH-NATANSON et Marcia CONSOLIM : « Quelle démarcation entre sociologie et socialisme ? L’espace des revues scientifiques et politiques françaises des années 1890 »
14h40-15h00 Ioana POPA : « Logiques (inter)disciplinaires et institutionnalisation des études sur des aires culturelles en France pendant la Guerre froide »
15h00-15h20 Christelle DORMOY-RAJRAMANAN : « La sociologie à Nanterre autour de « 68 » : étude de l’ancrage social et politique de son enseignement, de 1965 aux années 1970 »
15h20-15h40 Pause
15h40-16h00 Jean-Louis HIRIBARREN et HMonique IRSCHHORN : « Entre sociologie et psychologie sociale, l’émergence de la psychosociologie en France »
16h00-16h20 Thomas SEGUIN : « Perspectives historiques et dynamiques contemporaines sur la relation entre la psychologie et la sociologie »
16h20-16h40 Dan FERRAND-BECHMANN : « Sociologie du bénévolat : histoire courte »
16h40-17h00 Benoît COUTU : « Pour une sociologie de la réconciliation »

Jeudi 7 juillet de 8h30 à 10h30
Session 5. L’actualité de la recherche
Présidée par Alexandre Gofman

08h30-08h50 Nicolas ADELL : « Biographie sociale, sociologie d’une vie intellectuelle, vie savante. Approches de sociologie et d’anthropologie des figures savantes »
08h50-09h10  Hélène CHARRON : « Reconnaissance intellectuelle des femmes dans les sciences sociales françaises avant 1940 »
09h10-09h30 Pause
09h30-10h30 Réunion du comité

Jeudi 7 juillet de 14h à 17h
Session 6. L’histoire des idées
Présidée par Patricia Vannier

14h00-14h20 Jean-François FILION : « Réalisme ontologique et subjectivité politique chez Hegel et Durkheim »
14h20-14h40  François PIZZARO NOEL : « Emile Durkheim : Le manuscrit de la leçon retrouvée. Leçon 1 : théorie des sanctions »
14h40-15h00 Rita CACCAMO : « Georg Simmel : mode vs art »
15h00-15h20 Sabrina PAILLÉ : « Nazisme et modernité: Enjeux idéologiques et mémoriels »
15h20-15h40 Pause
15h40-16h00 Mahmoud DHAOUADI : « Ibn Khaldoun et son œuvre pionnière en sciences sociales et humaines »
16h00-16h20 Romain PUDAL : « Pragmatic turn et sociologie »
16h20-16h40 Cherry SCHRECKER et Philippe MASSON : « Individualisme, subjectivité et réflexivité »
 16h40-17h00  Discussion générale

               

                          

               

              

Colloque « Qu’est-ce qu’une école de pensée ? »

3-4 Novembre 2016 (à confirmer)
Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier (UMR CNRS UB 7366)

En partenariat avec le GT 49 de l’AFS et le CR11 de l’AISLF 

Malgré quelques réflexions déjà publiées sur la question (Jean-Louis Fabiani, « Faire école en Sciences Sociales », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, par exemple) la notion « d’école » dans une discipline reste largement impensée et fait partie de ces termes polysémiques dont l’évidence apparente du sens dissimule la complexité.

Il s’agirait de réfléchir aux conditions sociales d’existence de telles communautés de pensée pour construire des critères qui autorisent à parler d’une « école » (ou d’absence d’école autour d’un auteur), c’est-à-dire d’un collectif plus ou moins structuré et délimité dans le temps et l’espace, autour duquel un certain nombre d’individus se reconnaissent et agissent dans un champ disciplinaire. Qu’est-ce qui fait aussi qu’une école peut perdurer après la disparition de ses « fondateurs » ? Raisonner à partir de cas particuliers (école dite de « Chicago » en sociologie par exemple) permettrait, dans une perspective comparative, d’aider à préciser ce qu’on entend par ce terme. Continuer la lecture de Colloque « Qu’est-ce qu’une école de pensée ? »