Archives de catégorie : Débat

Contribution au débat sur l’histoire de la sociologie

Pour poursuivre le débat sur l’histoire de la sociologie telle qu’elle se fait aujourd’hui, nous vous proposons de redécouvrir le texte de Massimo Borlandi.

Rédigé en 1998, ce texte fut publié en 2000 dans l’ouvrage L’Acteur et ses raisons. Mélanges en l’honneur de Raymond Boudon (Paris, Puf, p. 88-109) et repris en l’état par la revue italienne Storiografia l’année suivante (n° 5, p. 47-65). Massimo Borlandi, à l’époque professeur d’Histoire de la pensée sociologique à l’Université de Turin, y réagissait à l’article de Raymond Boudon de 1992 « Comment écrire l’histoire des sciences sociales ? » paru dans la revue Communications (n° 54, p. 299-317) et réédité par Boudon dans le vol. 2 de ses Études sur les sociologues classiques (Puf, 2000, p. 323-351). Cette nouvelle édition ne diffère de la première que par les quelques retouches formelles que l’auteur a voulu y apporter et dont nous le remercions.

Massimo Borlandi

LA QUERELLE DES HISTORIENS ET DES PRÉSENTISTES

La querelle des historiens et des présentistes bat son plein depuis longtemps. Tout a commencé, si l’on s’en tient aux mots eux-mêmes, en juillet 1965. C’est à cette date qu’un éditorial signé George W. Stocking jr., historien de l’anthropologie, parut dans le troisième numéro du Journal of the History of the Behavorial Sciences. S’inspirant d’un célèbre livre d’Herbert Butterfield sur la manière Whig d’écrire l’histoire (l’histoire bâtie à l’usage des vainqueurs), Stocking établissait la distinction suivante : il y a des historiens des sciences de l’homme dont l’attitude est historicist et il y en a dont l’attitude est presentist. Les premiers étudient les idées du passé par amour du passé ; les seconds les étudient le regard tourné vers le présent.
Voici, grosso modo, comment raisonne l’historien à l’attitude historiciste : telle idée a-t-elle été énoncée telle année par tel auteur dans tel ouvrage ? Cela suffit pour que l’on s’en occupe. Et voici le raisonnement type de l’historien à l’attitude présentiste : telle idée énoncée telle année par tel auteur dans tel ouvrage est-elle actuelle (nous apprend-elle encore quelque chose) ? Alors on s’en occupe. Est-elle obsolète (périmée et synonymes) ? Alors on n’en tient pas compte.
Continuer la lecture de Contribution au débat sur l’histoire de la sociologie

Histoire de la sociologie

Au même titre que les 37 comités de recherche et 27 groupes de travail de l’Association Internationale de Langue Française (AISLF), le comité d’histoire de la sociologie, créé en 1996, constitue un lieu d’échanges et de débats internationaux. Il compte près d’une centaine d’adhérents et est dirigé par un bureau composé de six membres venant de cinq pays (France, Russie, Maroc, Québec, Italie). Continuer la lecture de Histoire de la sociologie