Décès de François-André Isambert

François-André Isambert
(1924-2017)

Décédé à l’âge de 92 ans le 18 février 2017 à Bagneux, François-André Isambert était le dernier des membres fondateurs encore en vie du Groupe de sociologie des religions créé au CNRS en 1954 par le juriste Gabriel Le Bras et animé par Henri Desroche. Ce groupe s’est fait connaître à travers sa revue, les Archives de sociologie des religions, devenue Archives de sciences sociales des religions à partir de 1973. Également membre actif pendant une trentaine d’années de la Revue française de sociologie fondée par Jean Stoetzel, Isambert fait partie de cette génération d’après-guerre qui a reconstruit la sociologie en lui conférant l’assise d’une discipline universitaire à part entière. Moins présente dans l’espace public que celle de ses proches collègues comme Pierre Bourdieu, Alain Touraine ou Edgar Morin, l’œuvre d’Isambert appartient aux classiques sur les questions relatives au sacré, à la morale et à l’éthique. La rigueur conceptuelle, la précision historique et la réflexion critique sur le statut du savoir caractérisent son parcours. Continuer la lecture de Décès de François-André Isambert

Appel à communication

Colloque Pierre Clastres :
d’une ethnologie de terrain à une
anthropologie du pouvoir

L’association Anamnèse organise chaque année un colloque visant à mieux faire connaître le legs des sociologues et anthropologues disparu·e·s. À l’occasion des 40 ans de sa disparition, Anamnèse a décidé de rendre hommage à Pierre Clastres.

Décédé précocement en 1977 à l’âge de 43 ans dans un accident de la route, Pierre Clastres a marqué l’histoire de la discipline anthropologique. Formé dans la tradition structuraliste par Claude Lévi-Strauss lui-même, Pierre Clastres a pris ses distances avec cette tradition en proposant une épistémologie originale et complexe capable de renouveler la discipline. C’est sous l’impulsion de Lévi-Strauss et d’Alfred Métraux que Clastres va tourner son regard vers les peuples sud-amérindiens. De 1963 à 1968, il se livrera à un travail de terrain d’envergure au Paraguay parmi les Guayaki, les Guarani ou encore les Chulupi. Ses terrains chez les Yanomami du Venezuela puis les Guarani du Brésil lui permettront de recueillir suffisamment de matériaux pour aiguiser ses analyses sur les systèmes de pouvoir et l’organisation politique de ces peuples. La publication de son ouvrage La Société contre l’État (1974), à la fois synthèse théorique de ses observations ethnographiques et contribution majeure à l’anthropologie politique, va bouleverser la discipline. Il y développe une théorie originale dont le projet serait d’inventer une anthropologie du pouvoir, car selon lui la domination politique, dont découle la division entre dominants et dominés, n’a jamais souffert d’une quelconque remise en question en tant qu’elle a toujours été saisie par les théories politiques comme « structure ontologique de la société, comme l’état naturel de l’être social, la division en maîtres et sujets a constamment été pensée comme appartenant à l’essence de toute société réelle ou possible. » (Clastres, 1977). À travers la thèse selon laquelle les sociétés primitives ne sont pas des sociétés sans État, mais dont les structures empêchent l’émergence d’un pouvoir concentré dans un groupe restreint d’individu et sont par conséquent des sociétés contre l’État, c’est un esprit libertaire indéniable qui alimente ses écrits. Une telle réflexion permettra entre autres à l’anthropologie de l’époque de s’émanciper du marxisme évolutionniste hégémonique : les sociétés primitives ne sont plus ancrées dans des phases pré-étatiques ou pré-capitalistes.

À la fois critique du structuralisme et de l’économisme qu’incarnent les analyses marxistes orthodoxes de l’époque (Clastres, 1980), son travail continue d’alimenter les réflexions d’universitaires comme
de personnes impliquées dans des mouvements politiques. Son approche particulière qui trouve des continuateurs dans le champ anthropologique français ou américain se pose comme un détour incontournable pour qui prétend produire une pensée sur l’État, le pouvoir, ou encore la guerre.

Continuer la lecture de Appel à communication