XIXe Congrès de l’AISLF, Rabat 2012 – Résumés des communications du CR 11

Matthieu BÉRA, Université de Bordeaux 4, IRDAP (institut de recherche en droit des contrats et du patrimoine), Pessac, France

Lecture comparée de Durkheim dans les manuels de sociologie en France et aux Etats-Unis

Le projet de communication est le suivant : comparer le traitement réservé à Durkheim dans un échantillon d’ouvrages d’introduction à l’histoire de la sociologie, à la sociologie en générale et éventuellement dans les dictionnaires et encyclopédies.
Il pourra être comparé plusieurs choses :
– la manière dont on évoque la première réception des ouvrages de Durkheim;
– la manière dont sont restitués les débats suscités par son oeuvre depuis sa mort: quels sont les auteurs mobilisés, les thématiques privilégiées;
– la manière dont on évoque “l’école durkheimienne” regroupée derrière “l’Année sociologique”;
– quels auteurs contemporains sont rattachés à Durkheim par leurs méthodes, leurs thématiques?
– plus généralement, quel statut est donné au classique français dans les ouvrages d’introduction anglais et américains depuis 1980 environ?
Ce travail repose pour le moment sur l’exploitation d’un corpus d’une vingtaine d’ouvrages d’introduction français, allant du Durand et Weil (1989) au Riutort (2004). Des ouvrages équivalents restent à analyser, parus depuis 1980 dans les pays anglo-saxons (par exemple “Introduction to sociology” de Tischer, ou “An introduction to sociology” de Rosenberg, Shaffin (1983), “Classical sociology” de Turner (1999), “A Short history of sociology” de Jonhson et Maus (2003), etc.)

Adresse de l’auteur-e : bera@u-bordeaux4.fr

Leila BOUASRIA, Faculté des lettres et des sciences humaines Ain Chock, Département de sociologie, Casablanca, Maroc

Les étapes d’évolution de la sociologie Marocaine : un miroir sur le changement social

Il est important, afin de mieux cerner l’évolution des recherches sur la famille marocaine, de placer l’analyse en rapport avec des études précédentes. Ce bilan furtif nous permettra d’évoquer, par quelques traits décrits, les anciennes analyses de la famille marocaine traditionnelle. Dans cette recherche, il s’agit de passer en revue les recherches en sociologie ayant marqué la période coloniale et l’après-indépendance.
Avec l’intervention coloniale, les sociétés maghrébines ont commencé à constituer un objet d’étude intéressant dans les différentes disciplines en sciences sociales. En parallèle des traits d’une sociologie ‘coloniale’ ou ethnographique à usage externe, seront discutés les caractéristiques d’une sociologie d’après l’indépendance qui marque ainsi un tournant qui l’investit d’une nouvelle mission autonomisatrice et ‘critique’ marquée par une phase de déconstruction des discours et concepts ethnocentriques.
Cet aperçu historique nous permettra de mieux cerner les questions relatives à l’évolution du champ de recherche en sciences sociales, les conditions de productions des écrits sociologiques, leur statut épistémologique ainsi que le cadre institutionnel et acéramique qui régit leur diffusion. Au prisme de cette évolution, seront mis en évidence les sujets phares ayant marqué chaque étape et qui reflètent, d’emblée, les mutations sociétales ayant traversé le Maroc depuis le protectorat.

Adresse de l’auteur-e : lbouasri@yahoo.com

Laurence COSTES, Université d’Evry Val-d’Essonne, Dpt. de Sociologie, Evry, France

Evolutions et contradictions des Espaces dits « Publics »

Très répandu dans les discours des élus et aménageurs, le terme espace public en sociologie, se réfère à la fois à un espace métaphorique en référence aux travaux d’Habermas où il évoque le dispositif démocratique, un espace d’échange entre citoyens libres et égaux, mais aussi à un espace matériel influencé par H. Arendt où il se réfère davantage à un espace de co-présence, d’interactions sociales. Mais quand le sociologue s’efforce d’en repérer une représentation opérationnelle, la convergence de ces deux modèles ne va pas de soi. Ainsi en transférant la notion d’espace public du champ politique à celui de l’aménagement urbain, les espaces publics sont devenus synonymes «d’urbanité» et regroupent des types et statuts d’espaces urbains très variés. Or actuellement, loin de leur représentation idéalisée comme lieux de citoyenneté et de civilité, les espaces publics traditionnels sont de plus en plus associés à des lieux de rencontres pour des populations fragilisées où régnerait « l’incivilité ». De plus, l’urbanisation planétaire uniformise leurs usages, estompant leur dimension de mise en scène de la société civile dans sa diversité au profit d’une évolution vers des lieux de consommation urbaine où la frontière entre public/privé apparaît floue d’où l’évocation d’une crise des espaces publics.Peut-on encore identifier des espaces dits publics répondant aux deux affiliations de ce terme? Que peut nous révéler leur transformation sur l’évolution de la société contemporaine?

Adresse de l’auteur-e : costeslaurence@yahoo.fr

Vittorio COTESTA, Universita Di Roma Tre, Dpt. Di Scienze dell’educazion, Rome, Italie

Espace public et démocratie : des valeurs universelles ou seulement occidentales ? La critique de la Renaissance Africaine et du néoconfucianisme chinois à la démocratie

Dans la théorie de M. Weber la démocratie est un des traits distinctif de la modernité. Il y avait là, toutes fois, l’accentuation des caractères originaux de la rationalisation occidentale avec l’attribution d’un espace public démocratique seulement aux sociétés occidentales. La « réforme » de la théorie wébérienne par S. N. Eisenstadt, au contraire, a affermi que dans beaucoup des sociétés traditionnalistes non européennes et non occidentales on pouvait relever l’existence d’une «vibrante société civile». Le parcours vers la modernisation n’est pas unique et même dans d’autres sociétés il y a la possibilité – et aujourd’hui on doit parler de réalité – de l’émergence de sociétés modernes. On a en effet une pluralité de sociétés modernes avec des diverses formes d’espace public. La question a été déjà posée par un certain nombre des théoriciens africains (la soi-disant Renaissance africaine) ou néo-confucéens. Entre ces conceptions de la société, du gouvernement et de la démocratie et les visions de la tradition politique européenne et occidentale il y a des fortes différences. Et entre ces différentes visions de la politique et du gouvernement aujourd’hui il y a dialogue mais aussi lutte pour l’hégémonie au niveau globale.

Adresse de l’auteur-e : cotesta@uniroma3.it

Laurence ELLENA, Université de Poitiers – GRESCO, Dpt. de Sociologie, Poitiers, France

Science sociale, récits, épistémologie et fiction : état de la question et évolution

Les publications sur la thématique des relations entre sociologie et littérature, et plus largement entre modèles, récits, fictions et productions scientifiques en sciences sociales se sont multipliées ces dernières années sous la forme d’ouvrages, d’articles, de numéros spéciaux de revues et divers ouvrages collectifs issus de colloques et journées d’études sur la question. Ces recherches trouvent aujourd’hui des prolongements nouveaux. De Catherine Bidou-Zachariasen en passant par Livio Belloï, Pierre Lassave, Jacques Dubois, les explorations de la dimension sociologique des œuvres littéraires se complètent en effet plus récemment d’approches comme celles de Bernard Lahire, Jean-Pierre Esquénazi, Anne Barrère et Danilo Martucelli, Howard Becker, chez lesquels la problématique commence à se centrer non plus sur la question de l’éventuelle porosité des frontières, mais plutôt sur celle des explications à donner aux croisements observés entre récits, observation et modélisations du monde social. Il s’agira dans la communication proposée de présenter les résultats et l’évolution de ce qui nous semble commencer à se constituer et se resserrer en domaine spécifique de la recherche en sociologie.

Adresse de l’auteur-e : lellena@univ-poitiers.fr

Normand FILION, Université de Toulouse II – Le Mirail, CERTOP / Département de sociologie, Toulouse, France

(Im)penser l’incertain en perpétuant le mythe : l’éternel cas “Hawthorne” dans les manuels de sociologie du travail

Les « expériences » menées à l’usine de Hawthorne de la Western Electric de 1927 à 1932 sont sans conteste le « moment » le plus relaté dans les littératures historiques de la sociologie du travail, du management et de la psychologie industrielle, au point d’en devenir le socle largement incontesté. Pas un manuel, traité, introduction ou site qui ne les présente ou ne mentionne de l’ouvrage original. Mais qui l’a vraiment lu ou s’est plongé dans les débats entourant la valeur scientifique de ces expériences ? L’examen des ouvrages d’enseignement de la sociologie du travail (comme du management) montre d’étonnantes divergences, contradictions ou erreurs manifestes dont l’origine serait à trouver dans un double phénomène. D’une part, le « syndrome de la paresse » qui consiste à utiliser une littérature de seconde ou troisième main pour présenter sans vérification ces expériences pourtant investies de « fondement historique ». Mais d’autre part, il nous apparaît que ces expériences ont surtout valeur mythologique – un mythe pratique – et ne sauraient, en ce sens, être véritablement questionnées. Mythe fondateur de la sociologie du travail légitimant la posture disciplinaire par ce qui aurait alors été la « découverte du facteur humain » ou mythe légitimant l’idéologie managériale des « relations humaines ». Comment alors penser l’enseignement de la sociologie, autrement que contre d’autres sociologues, si le débat bute sur ce qui est présenté ailleurs comme évidence historique ?

Adresse de l’auteur-e : normand.filion@univ-tlse2.fr

Reiner KELLER, Universität Augsburg – Philosophisch-Sozialwissenschaftliche Fakultät, Lehrstuhl für Soziologie, Augsburg, Allemagne, Avec : Prof. Dr. Angelika Poferl (Université de Fulda, RFA), Dr. Denisa Butnaru (Université d’Augsburg, RFA).

Cultures du savoir sociologiques en France et en Allemagne Universalité et particularités dans la méthodologie qualitative en sociologie

La communication proposée présentera quelques résultats d’une recherche comparative en cours sur l’histoire de la méthodologie du qualitatif en sociologie française et allemande depuis les années 1960. Cela cible en particulier les connaissances empiriques qui différencient les dynamiques nationales des cultures du savoir sociologique par rapport à la recherche. Une première hypothèse est que l’établissement de la recherche qualitative en sciences sociales a été marqué par des positions très différenciées. Cela a engendré par conséquent une claire spécificité de parcours. En Allemagne, les questions se concentrent autour du contexte théorique, méthodologique et des méthodes tout court, ainsi qu’autour de la scientificité des processus d’évaluation. En France, la frontière entre les théories, méthodologies et les méthodes, de même qu’entre les approches qualitative et quantitative joue un moindre rôle. En échange, ce sont les questions autour des problématisations et de la collecte de données qui dominent. Deuxième, nous postulons qu’il n’y a aucun « point de fuite » commun, mais que les différences existantes sont mises à jour d’une façon spécifique et entrent dans l’adaptation actuelle des méthodes et méthodologies venant du monde anglo-saxon. Ainsi la domaine du qualitatif s’avère particulièrement sensible pour la génération des particularités dans les cheminements sociologiques contemporains.

Adresse de l’auteur-e : reiner.keller@phil.uni-augsburg.de

Jelloul MESSAOUDENE, Université Paris X, Sophiapol (Doc), Paris, France

Une sociologie de l’action face à l’incertain : un nouveau regard maussien ?

Cette contribution se propose de penser un aspect peu développé dans les études relatives à l’œuvre de Marcel Mauss : la question de l’engagement vis à vis d’autrui dans un monde incertain concernant le contre/don.
Dans son texte, l’Essai sur le don, l’auteur développe, à propos des civilisations primitives, une théorie complexe du don/contre don centrée sur la règle sociale de la triple obligation de donner, recevoir et rendre. Il s’agit de voir comment ce principe de réciprocité inscrit dans la logique du don entre en résonance avec la question de l’engagement interpersonnel face à l’incertain. À qui et à quoi l’individu peut-il se fier si le retour de son engagement reste aléatoire ?
Une solution « rationnelle » consisterait à ne pas faire le pari de l’initiative afin de ne pas courir le risque d’une faible réciprocité. La sociologie de Marcel Mauss révèle que seul le pari du don permet de résoudre ce dilemme de l’action ou de la « coopération » en intégrant le principe « rationnel » du risque de non retour. Comme le souligne Alain Caillé, le don est un pari de la confiance préalable à l’instauration de la confiance réciproque.
L’incertitude de l’agir est implicite à la sociologie de Marcel Mauss. Il est possible de voir dans la situation d’endettement mutuel positif (J.Godbout) et dans le pari de l’inconditionnalité (A. Caillé) une expression approfondie de cette incertitude.

Adresse de l’auteur-e : jelloul.messaoudene@ac-montpellier.fr

Benoit PETIT, Université de Toulouse Le Mirail, Dpt. de Sociologie, Toulouse France

La sociologie est-allemande : dogme laïc d’une religion séculière ?

La sociologie en RDA est une discipline inféodée à la philosophie marxiste et au pouvoir politique. La discipline (revue et interprétée en vue des objectifs du parti SED) énonce les postulats présentés comme des vérités scientifiques, (doctrine infaillible et intangible) dans l’approche nationale déclinée à l’internationalisme prolétarien.
Mais des universitaires et des vulgarisateurs ont, entre 1961, date de l’édification du mur de Berlin jusqu’à son écroulement, pris le risque d’intégrer les arguments de certains auteurs déconsidérés (von Thünen, David Ricardo, ou Durkheim et Weber) en complément des ouvrages de Karl Marx (interprétés par Lénine et Staline) pour oser rendre compte de problèmes nouveaux transfrontaliers (Tchernobyl, prix du pétrole, Internet ou qualité des produits).

Adresse de l’auteur-e : bpetit@univ-tlse2.fr

François RAJAOSON, Université d’Antananarivo, FACDEGS, Tananarive Madagascar

La dialectique entre le global et le local dans les pratiques sociologiques à Madagascar

La sociologie, en tant que corps de connaissances qui visent à rendre intelligible la réalité sociale, évolue dans un contexte constamment en devenir. Le triomphe de la mondialisation dans le contexte historique qui prévaut depuis la fin de XXe siècle, montre l’acuité de la dialectique entre le global et le local au niveau des pratiques sociologiques. Cette problématique sera discutée à partir des enseignements de sociologie qui doivent répondre aux demandes sociales à Madagascar.
La communication se propose de mettre en relief un cadrage théorique global, combiné avec les exemples pratiques locaux relevés dans les institutions d’enseignement supérieur et de recherches à Madagascar.

Adresse de l’auteur-e : frajaoson@moov.mg

Marco SARACENO, Université Paris Ouest, Laboratoire IDHE (doc), Paris, France

Le circuit européen de la science du travail

La sociologie du travail se caractérise par un rapport étroit avec les relations industrielles spécifiques de chaque pays, d’autant plus que ses origines sont ancrées dans la reconstruction de l’après-guerre et souvent directement liées aux politiques de réindustrialisations.
Toutefois, en colloquant les origines de la sociologie du travail dans un plus ample développement de l’analyse scientifique du travail, on s’aperçoit que la discipline n’est pas seulement le produit d’une politique industrielle nationale, mais aussi d’une confrontation avec des disciplines qu’essayait de saisir le travail comme objet scientifique. Ces disciplines, telles la psychophysiologie et la psychotechnique, se fondaient sur un circuit international. Le caractère international de ces disciplines se trouvait dans leur objet, à savoir le travail comme activité humaine, dans le sens d’activité corporelle réfléchie. Un objet qui est observable dans différents contextes avec les mêmes instruments. Ainsi, ces disciplines ont engagé des débats épistémologiques sur la valeur de leurs outils, technologiques et rationnels, qui se transformait en un débat européen sur le travail comme activité anthropologique.
La communication, en suivant la construction d’une définition scientifique de travail au sein de ce circuit européen, veut montrer que seulement si la sociologie du travail a le courage de définir son objet au-delà de ses manifestations, elle pourra s’affranchir du rôle «d’exécutrice de commande ».

Adresse de l’auteur-e : marco-saraceno@libero.it

Jan SPURK, Université Paris Descartes, CERSES, Paris, France

Espace public, liberté et démocratie

La politique semble de nos jours se réduire à une gestion de contraintes économiques, financières, sociales et géopolitiques, une gestion pour laquelle les experts sont les mieux qualifiés. Le peuple est l’objet de leurs décisions et l’espace public le lieu de transmission de ces décisions prises « en haut ». On peut les commenter, critiquer et modifier, mais il n’y a pas d’alternative à cette politique. L’engagement, la délibération, le contrôle et la critique publique du pouvoir en place a fait place depuis longtemps au fatalisme et à la quête d’arrangements individuels afin de mener une vie la plus paisible possible. Cependant, les récents événements en Egypte, en Tunisie ou en Syrie montrent que le peuple peut occuper l’espace public, souvent dans le but d’établir la démocratie. Les résultats de ces mobilisations dramatiques laissent l’observateur pourtant dubitatif. Ces résultats nous poussent, tout comme le fatalisme qui règne dans nos sociétés, à nous poser la question de savoir s’il existe ou s’il existe encore un lien constitutif entre l’espace public, la démocratie et la liberté.

Adresse de l’auteur-e : jan.spurk@free.fr

Patricia VANNIER, Université de Toulouse Le Mirail/LISST-CERS, Dpt. de Sociologie, Toulouse, France

Raymond Ledrut, sociologue bâtisseur, ou les frontières de la sociologie en question

La sociologie toulousaine a une histoire ancienne, elle est présente dès la fin des années 50 en grande partie grâce à Raymond Ledrut, sociologue urbain. Nous traiterons de l’histoire de la sociologie toulousaine, de ses modalités de construction, en mettant l’accent sur deux caractéristiques : ses liens disciplinaires (notamment avec la philosophie et la géographie) et la notion de « patron » avec le rôle prépondérant de Raymond Ledrut.
L’objectif est d’examiner les modalités à la fois historiques, disciplinaires et institutionnelles, mais aussi locales ou régionales de la construction de la sociologie. En effet, regarder les liens disciplinaires de la sociologie permet de comprendre l’histoire de sa filiation et de son autonomisation, avec éventuellement des nuances locales liées à l’histoire propre d’une université et pour laquelle nous verrons l’importance du rôle joué par le « patron » – en l’occurrence ici R. Ledrut pour l’Université de Toulouse.
Enfin, en évoquant le parcours scientifique et institutionnel de R. Ledrut, nous interrogerons aussi les notions de frontières disciplinaires et nationales de la sociologie. En effet, R. Ledrut n’a pas seulement été un bâtisseur de la discipline en travaillant à son autonomisation, il a été aussi un fervent défenseur de la collaboration disciplinaire, tout en œuvrant, devenu président de l’AISLF en 1978, à son internationalisation.

Adresse de l’auteur-e : patricia.vannier@univ-tlse2.fr

Jean ZAGANIARIS, Ecole de Gouvernance et d’Economie de Rabat, CERAM (Centre de recherches sur l’Afrique et la Méditerranée), Rabat, Maroc

Penser un problème sociologique à partir d’une objectivation philosophique ? La question de l’anthropocentrisme herméneutique dans la pensée de Pierre Bourdieu

De nombreux travaux de Pierre Bourdieu ont posé une série de questionnements critiques à la philosophie. Même s’il serait illusoire de penser que le rapport avec la discipline philosophique ait été le même tout au long de l’œuvre de ce sociologue français, il existe néanmoins un certain nombre d’invariants qui font de Pierre Bourdieu le symbole paradoxal à la fois de l’opposition et des affinités entre « sociologie » et « philosophie ». L’enjeu n’est pas de s’interroger sur la nature d’un anti-philosophisme inspiré par Pierre Bourdieu. Notre objectif n’est pas de se demander si l’auteur des Règles de l’art était pour ou contre la philosophie, voire s’il était resté philosophe malgré son orientation vers la sociologie. Il s’agit plutôt de comprendre de quelle manière Pierre Bourdieu s’est interrogé sur cette croyance académique visant à réduire le texte à ses significations intrinsèques et de quelle façon cette tentative de déconstruire ce type de mythologisation s’est elle-même transformée en une croyance tout aussi établie, selon laquelle les textes doivent être abordés à partir de leurs usages sociaux et non pas à partir d’une approche herméneutique ? Le fait d’interroger les pratiques philosophiques, notamment en s’en prenant à celles consistant à réduire le rapport aux textes à la simple lecture interne, est également une pratique sociale qu’il est possible d’objectiver en tant que telle, notamment à travers l’étude de sa nature argumentative. Pour ne pas nous perdre dans cet ensemble de discours qui structurent la nature des rapports entre philosophie et sociologie, nous délimiterons notre travail à la seule question de la rupture que Pierre Bourdieu s’était proposé de faire avec « l’épistémocentrisme herméneutique de la lecture ». Quels sont les différents moments où Pierre Bourdieu a posé cette réflexion épistémologique ? Si l’on s’intéresse à une pensée qui avait posé à la philosophie les questions qu’elle refusait de se poser (elle qui est, selon Pierre Bourdieu, pourtant « si questionneuse   »), il s’agit donc ni d’accepter sur le mode de l’allant de soi les questions posées, notamment celles ayant trait à la recherche des conditions sociales de production et aux usages sociaux, ni de critiquer la « sociologie critique », mais de questionner les questionnements. Nous partirons de l’hypothèse que la rupture avec « l’épistémocentrisme herméneutique de la lecture » a ce caractère paradoxal chez Pierre Bourdieu d’être en même temps une volonté de rompre avec une certaine manière de faire de la philosophie, incarnée par les pratiques d’auteurs comme Martin Heidegger ou Hans-Georg Gadamer, et une représentation de l’attachement philosophique, dans un contexte où un ensemble de philosophes tels que Michel Foucault ou Gilles Deleuze questionnaient également de manière critique le paradigme herméneutique.

Adresse de l’auteur –e : zaganiaris@yahoo.fr

Khadija ZAHI, Université Cadi Ayyad, Faculté des lettres et des Sciences Humaines, Marrakech, Maroc

Sociologie au Maroc : construction du métier de sociologue

Les sociologues reviennent sur la scène publique, ils sont appelés pour éclairer la décision politique et les actions des organismes internationaux. La sociologie retrouve progressivement une reconnaissance institutionnelle et scientifique, elle est considérée comme une discipline capable d’analyser les grandes mutations de la société marocaine et de contribuer à la résolution des problèmes sociaux.
Cette renaissance de la sociologie et du sociologue comme acteur du développement nous invite à réfléchir sur la constitution progressive du métier de sociologue au Maroc. Nous proposons dans cette communication de voir comment les conditions institutionnelles, politiques et sociales influent sur les parcours de sociologues marocains depuis l’indépendance jusqu’à nos jour. Il s’agit de comprendre comment ces conditions participent, progressivement, à l’organisation de la pratique sociologique et à la construction d’un profil particulier du métier de sociologue.

Adresse de l’auteur-e : Khadija.zahi@yahoo.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Patrica Vannier (18 juin 2016). XIXe Congrès de l’AISLF, Rabat 2012 – Résumés des communications du CR 11. Carnet d'histoire de la sociologie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/na3u


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.