« Les « années 68 » des sciences humaines et sociales », RHSS n°26

 À l’occasion des cinquante ans des « événements » de Mai-Juin 68, riches d’une actualité éditoriale foisonnante, l’équipe de la Revue d’histoire des sciences humaines voudrait vous signaler l’existence de son volume n° 26, paru en février 2015, « Les « années 68 » des sciences humaines et sociales ». Il développe un angle d’approche assez rare sur la période, en essayant d’éviter les spéculations vagues sur une chimérique « pensée 68 », à distance tout à la fois de la dénonciation et de l’hagiographie. Il essaie de tenir compte des apports de l’historiographie de la période et propose en fin de volume un état de l’art aussi complet que possible sur le thème du dossier, intitulé « Une fertilisation paradoxale ».

Présentation du dossier :  https://www.dropbox.com/s/1cnt79de5tw4oq8/Flyer%20RHSH%20pr%C3%A9sentation%20n%C2%B026.pdf?dl=0

L’ensemble du dossier sera disponible en version électronique sur Open éditions à l’automne, mais le volume demeure accessible sous sa version papier : http://www.publications-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100520030&fa=author&person_ID=6066

Très cordialement
Wolf Feuerhahn et Olivier Orain
Pour le comité de rédaction de la Revue d’histoire des sciences humaines


Le sujet

L’étude de Mai 68 a été profondément renouvelée depuis vingt ans. Mais en matière d’histoire des sciences humaines, on en est resté à des évidences : pour certains, il ne fait pas de doute que la physionomie du champ a été bouleversée, pour d’autres ce n’est qu’écume à la surface d’un océan. Les contributions réunies dans ce volume prennent au sérieux la question de l’incidence des « années 68 » sur les parcours des individus, des groupes et des disciplines, participant de ce que l’on n’appelait pas encore les « SHS » (sciences humaines et sociales). La focale varie d’un article à l’autre. Elle est micro historique quand elle s’attache à des lieux, des revues, des institutions, saisis dans leur singularité. Elle adopte une échelle disciplinaire quand, dans le cas de la géographie, les événements allemands et français sont mis en parallèle. Le dossier se fait l’écho des intenses débats et remises en question qui ont alors eu lieu dans d’innombrables mondes sociaux ou professionnels, humeur à laquelle les scientifiques n’ont pas échappé. Il dépeint une époque passionnément attachée aux expériences collectives, éphémères ou pérennes, à rebours d’un cliché trop rebattu sur l’individualisme que notre époque aurait hérité de 68. Au détour d’analyses générales, c’est toute la force du verbe et l’inventivité de l’image que l’on a tenté de convoquer, dont les « années 68 » ont été particulièrement prodigues.

 

Sommaire

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain, Éditorial, p. 5

Dossier : Les « années 68 » des sciences humaines et sociales

Olivier Orain, Introduction, p. 9

Marc Joly, « Excellence sociologique et « vocation d’hétérodoxie » : Mai 68 et la rupture Aron-Bourdieu », p. 17

Patricia Vannier, « Mai 68 et la sociologie. Une reconfiguration institutionnelle et théorique », p. 45

Renaud Debailly, « Critique et discipline. Les convergences entre la critique radicale et la sociologie des sciences à partir de Mai 68 », p. 63

Mathieu Quet, « Mai 68 et la sociologie des sciences. Les revues sur les sciences et la société, symptôme des restructurations disciplinaires », p. 83

Annick Ohayon, « La psychosociologie des groupes aux sources de Mai 68 ? », p. 101

Jean-Christophe Coffin, « Les deux 68 de la psychiatrie », p. 115

Liora Israël, « La revue Actes : le droit saisi par le regard critique dans le sillage de 68″, p. 135

Olivier Chadoin et Jean-Louis Violeau, « Architecture et sociologie : matériau pour l’analyse d’un croisement disciplinaire », p. 151

Nicolas Ginsburger, « Les « enfants terribles » de la Landschaft. Revendications, contestations et révoltes dans la géographie universitaire ouest-allemande (Bonn, Berlin-Ouest, Kiel) en 1968-1969″, p. 173

Olivier Orain, « Mai 68 et ses suites en géographie française »,  p. 209

Olivier Orain, « Une fertilisation paradoxale ? Bilan historiographique de l’incidence de Mai 68 sur les transformations des sciences de l’homme et de la société dans les années 1960-1970 », p.  243

Document, « Propositions destructives », p.  297

Olivier Orain, « À propos de « Propositions destructives » », p. 305


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.