Journée en hommage à Jean-Daniel Reynaud – Lundi 13 mai 2019 au CNAM

Jean-Daniel Reynaud

Jean-Daniel Reynaud, Professeur du Cnam et fondateur du Laboratoire de sociologie du travail et des relations professionnelles nous a quittés au début de l’année 2019 en laissant un grand vide derrière lui.
Le 13 mai de nombreuses personnes donneront à voir les différentes
facettes de l’homme et du scientifique qu’il était. Elles diront également combien son action et ses réflexions sont plus que jamais fertiles aujourd’hui, aussi bien du point de vue de la façon dont J.-D. Reynaud préconisait la pratique de la sociologie que du prisme théorique de la régulation sociale qu’il n’a jamais cessé d’utiliser.
Cette journée, qui sera avant tout un rituel de mémoire, sera aussi une journée de partage, d’amitié et d’heureux souvenirs animée par les compagnons de route qui ont jalonné la carrière de Jean-Daniel
Reynaud, les ancien.ne.s étudiant.e.s qu’il a formé.e.s, les
chercheurs/ses d’hier et d’aujourd’hui qu’il a accueilli.e.s au laboratoire de sociologie du travail et des relations professionnelles du Cnam en toute liberté de pensée, et toutes celles et ceux qui ont eu l’occasion de croiser sa route.

Programme

9 h : accueil café

9 h 30 : ouverture de la journée
Olivier Faron, Administrateur du Cnam ; Christian Azaïs, codirecteur du Lise-CNRS-Cnam ; Flore Barcellini, directrice de l’EPN 13 Travail du Cnam
10 h : Jean-Daniel Reynaud et l’institution de la sociologie dans
les années 1960 et 1970
Alain Touraine (EHESS), Pierre Grémion (CSO-CNRS), Gwenaële Rot (Sciences Po., CSO-CNRS), Marnix DressenVagne (UVSQ, Printemps-CNRS).
Animation : Corinne Gaudart, co-directrice du Lise-CNRS-Cnam.
11 h 15 : Jean-Daniel Reynaud au Cnam
Denis Segrestin (Science Po., CSO-CNRS), Françoise Piotet (ISST), Margaret Maruani (Cerlis-CNRS-Paris V, Mage), Anni Borzeix (CNRS).
Animation : Michel Lallement (Cnam, LiseCNRS)

12 h 30 : déjeuner libre

14 h : Présence et action de Jean-Daniel Reynaud dans les
institutions et les débats
Catherine Paradeise (Latts-CNRS, université de Marne-laVallée), Olivier Favereau (université de Paris-X), Annette Jobert (ENS Paris-Saclay, CNRS), Erhard Friedberg (Sciences Po, CSOCNRS).
Animation : Catherine Bourgeois (Cnam, Lise-CNRS)
15 h 15 : La théorie de la régulation sociale aujourd’hui
Gilbert de Terssac (université de Toulouse, Certop-CNRS), Aline Conchon (IndustrAll Europe), Danièle Linhart (CNRS), Nathalie Richebé (Skema Business School et Gredeg-CNRS).
Animation : Frédéric Rey (Cnam, Lise-CNRS)
16 h 30 : discussion et clôture
17 h : cocktail

Comité d’organisation – Cnam, Lise-CNRS : Isabelle Berrebi-Hoffmann, Catherine Bourgeois, Anne Gillet, Michel Lallement, Zaëra Mariaux, Chantal Nicole-Drancourt.
Arrangements audio-visuels : Célestin Lallement.

Pour retrouver le programme et le plan :
https://cr11aislf.hypotheses.org/files/2019/05/Programme-journée-JD-Reynaud-1.pdf

Jean-Daniel Reynaud (1926-2019)

Jean-Daniel Reynaud a fortement marqué de son empreinte le Conservatoire des arts et métiers et, au-delà, le monde académique et professionnel.
Éminent sociologue, spécialiste des questions de travail et de relations professionnelles, il participe à la création de la revue Sociologie du travail en 1959 avec Michel Crozier, Alain Touraine et Jean-René Tréanton avant de prendre la direction de la Revue française de sociologie. Analyste de l’action collective et des règles sociales, il regardait la sociologie comme un savoir susceptible d’éclairer et d’aider à la décision. Il a été l’un des quatre sages qui
ont balisé le terrain pour la loi sur la mensualisation des salaires en 1971, il a aussi participé à la commission Sudreau de 1975 sur la réforme de l’entreprise, a travaillé pour la Délégation générale à la recherche scientifique et technique et l’OCDE, a été membre du Club Jean Moulin, etc.
Normalien et agrégé de philosophie, Jean-Daniel Reynaud s’est tôt tourné vers la sociologie. Chercheur au CNRS puis enseignant à la faculté des Lettres de Lyon, il est élu en 1959 titulaire de la chaire d’« Histoire du travail et des relations industrielles » du Cnam où il prend la succession de Georges Friedmann. Le changement d’intitulé de la chaire, qui devient « Sociologie du travail et relations professionnelles » en 1968, révèle sa volonté de développer
un enseignement en prise directe avec les problèmes contemporains du travail et de l’entreprise.
Pédagogue hors pair, Jean-Daniel Reynaud a rempli sa charge d’enseignement au Cnam avec passion. Il a aussi enseigné aux universités du Chili (Santiago), de Columbia (New-York) et de Californie (Los Angeles). Chercheur actif, il a mené de grandes enquêtes sur les technologies de production, les politiques
salariales ou encore la sécurité sociale. Jean-Daniel Reynaud s’est ensuite spécialisé dans le domaine des relations professionnelles et a publié en 1963 son premier livre important, Les syndicats en France. Parmi les multiples autres publications qui ont jalonné sa carrière, deux ouvrages comptent particulièrement : Conflit du travail et changement social (avec Gérard Adam) (1978) puis Les règles du jeu (1991), son maître-ouvrage.
Jean-Daniel Reynaud a été un infatigable animateur d’équipes et de réseaux. Il avait fondé en 1969, au sein du Conservatoire, le Laboratoire d’histoire du travail et des relations professionnelles qui, sous des noms évolutifs et avec la reconnaissance du CNRS, rassemblera des chercheurs/euses et enseignant.e.s chercheurs/euses de premier plan en sociologie du travail. En 1967, il avait créé l’Association française d’études des relations professionnelles, puis en 1981 le Greco «Relations professionnelles », réseau interdisciplinaire unique en France sur le sujet qui aujourd’hui encore trouve ses prolongements à l’Association française de sociologie. Membre du comité de l’Association
internationale des relations professionnelles, il en avait été élu président de 1976 à 1979.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.