Strasbourg, creuset des sociologies allemandes et françaises

L’installation à Strasbourg en 1872 de la Kaiser-Wilhelms-Universität fut une entreprise culturelle et politique de grande envergure. L’Empire allemand a créé cette institution et la France l’a utilisée. Cette université a joué un rôle important dans la formation des sociologues « fondateurs » au tournant des XIXe et XXe siècles.

Durant la période allemande, nombre de professeurs de Strasbourg ont été membres du Verein für Sozialpolitik. En 1888, un jeune docteur nommé Max Weber y adhéra à son tour. Il avait fréquenté assidûment la famille de son oncle, le professeur Hermann Baumgarten, et avait suivi ses cours lors de son service militaire à Strasbourg. L’étudiant Robert E. Park y prépara son doctorat avec Wilhelm Windelband. Georg Simmel y occupa son premier poste de professeur ordinaire.

Après 1919, Maurice Halbwachs, Marc Bloch et Lucien Febvre y imprimèrent leur marque. Ils ont contribué par la qualité de leurs recherches à promouvoir dans l’université française de Strasbourg de l’entre-deux-guerres des problématiques nouvelles et transversales, même si les départs pour Paris furent nombreux et qu’ils ont fragilisé l’institution, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Georges Gurvitch n’y est resté que quelques années avant son long séjour aux États-Unis.

C’est cette période riche de l’université de Strasbourg qui a vu l’éclosion ou la maturation des travaux de nombreux sociologues que cet ouvrage entreprend d’explorer à partir d’un ensemble de contributions originales émanant de chercheurs français, allemands et italiens.

Suzie Guth est professeur émérite à l’Université de Strasbourg. Spécialiste de l’histoire de la sociologie, elle a évoqué l’université Kaiser Wilhelm de Strasbourg dans des ouvrages et articles.

Roland Pfefferkorn est professeur émérite à l’Université de Strasbourg. Spécialiste des inégalités sociales et des rapports sociaux. Il a également consacré des travaux à la sociologie de l’Alsace (langues, religion…).

***

SOMMAIRE

Introduction. La sociologie et l’université de Strasbourg au tournant du XIXe et XXe siècle par Suzie Guth et Roland Pfefferkorn

PREMIÈRE PARTIE : L’UNIVERSITÉ KAISER WILHELM

  • Chapitre I. Max Weber à Strasbourg par Suzie Guth
  • Chapitre II. Les liens familiaux de Max Weber à Strasbourg par Karen Denni
  • Chapitre III. Le sociologue et la guerre : Max Weber (1914-1919) par Hinnerk Bruhns
  • Chapitre IV. Max Weber et la Wertfreiheit. Une question d’interprétation par Roland Pfefferkorn  
  • Chapitre V. Georg Simmel à Strasbourg (1914-1918) par Jean-Paul Sorg
  • Chapitre VI. L’Europe selon Georg Simmel par Denis Thouard
  • Chapitre VII. Charles Grad (1842-1890). Un Alsacien précurseur de la sociologie à l’époque du Reichsland par Antoine Savoye

DEUXIÈME PARTIE : L’UNIVERSITÉ FRANÇAISE APRES 1919

  • Chapitre VIII. Maurice Halbwachs à Strasbourg. Premières leçons sur les classes sociales par Gilles Montigny
  • Chapitre IX. Maurice Halbwachs et la sociologie italienne par Teresa Grande et Lorenzo Migliorati
  • Chapitre X. Une vie sociologique provinciale bien remplie. Maurice Halbwachs et Georges Gurvitch à Strasbourg par Baudry Rocquin
  • Chapitre XI. Georges Gurvitch, un hyperactif de retour des États-Unis par Patricia Vannier
  • Chapitre XII. La recherche à l’université française de Strasbourg après 1919. Grâce aux hommes et aux structures par Françoise Olivier-Utard
  • Chapitre XIII. Professeurs antifascistes et résistants à l’université de Strasbourg par Christian de Montlibert
  • Chapitre XIV. Dominique Zahan : naissance de l’ethnologie africaine à l’université de Strasbourg par Gaëlle Weiss


Citer ce billet
Patrica Vannier (2019, 27 novembre). Strasbourg, creuset des sociologies allemandes et françaises. Carnet d'histoire de la sociologie. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na4i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.