Strasbourg, creuset des sociologies allemandes et françaises

L’installation à Strasbourg en 1872 de la Kaiser-Wilhelms-Universität fut une entreprise culturelle et politique de grande envergure. L’Empire allemand a créé cette institution et la France l’a utilisée. Cette université a joué un rôle important dans la formation des sociologues « fondateurs » au tournant des XIXe et XXe siècles.

Durant la période allemande, nombre de professeurs de Strasbourg ont été membres du Verein für Sozialpolitik. En 1888, un jeune docteur nommé Max Weber y adhéra à son tour. Il avait fréquenté assidûment la famille de son oncle, le professeur Hermann Baumgarten, et avait suivi ses cours lors de son service militaire à Strasbourg. L’étudiant Robert E. Park y prépara son doctorat avec Wilhelm Windelband. Georg Simmel y occupa son premier poste de professeur ordinaire.

Après 1919, Maurice Halbwachs, Marc Bloch et Lucien Febvre y imprimèrent leur marque. Ils ont contribué par la qualité de leurs recherches à promouvoir dans l’université française de Strasbourg de l’entre-deux-guerres des problématiques nouvelles et transversales, même si les départs pour Paris furent nombreux et qu’ils ont fragilisé l’institution, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Georges Gurvitch n’y est resté que quelques années avant son long séjour aux États-Unis.

C’est cette période riche de l’université de Strasbourg qui a vu l’éclosion ou la maturation des travaux de nombreux sociologues que cet ouvrage entreprend d’explorer à partir d’un ensemble de contributions originales émanant de chercheurs français, allemands et italiens.

Suzie Guth est professeur émérite à l’Université de Strasbourg. Spécialiste de l’histoire de la sociologie, elle a évoqué l’université Kaiser Wilhelm de Strasbourg dans des ouvrages et articles.

Roland Pfefferkorn est professeur émérite à l’Université de Strasbourg. Spécialiste des inégalités sociales et des rapports sociaux. Il a également consacré des travaux à la sociologie de l’Alsace (langues, religion…).

***

SOMMAIRE

Introduction. La sociologie et l’université de Strasbourg au tournant du XIXe et XXe siècle par Suzie Guth et Roland Pfefferkorn

PREMIÈRE PARTIE : L’UNIVERSITÉ KAISER WILHELM

  • Chapitre I. Max Weber à Strasbourg par Suzie Guth
  • Chapitre II. Les liens familiaux de Max Weber à Strasbourg par Karen Denni
  • Chapitre III. Le sociologue et la guerre : Max Weber (1914-1919) par Hinnerk Bruhns
  • Chapitre IV. Max Weber et la Wertfreiheit. Une question d’interprétation par Roland Pfefferkorn  
  • Chapitre V. Georg Simmel à Strasbourg (1914-1918) par Jean-Paul Sorg
  • Chapitre VI. L’Europe selon Georg Simmel par Denis Thouard
  • Chapitre VII. Charles Grad (1842-1890). Un Alsacien précurseur de la sociologie à l’époque du Reichsland par Antoine Savoye

DEUXIÈME PARTIE : L’UNIVERSITÉ FRANÇAISE APRES 1919

  • Chapitre VIII. Maurice Halbwachs à Strasbourg. Premières leçons sur les classes sociales par Gilles Montigny
  • Chapitre IX. Maurice Halbwachs et la sociologie italienne par Teresa Grande et Lorenzo Migliorati
  • Chapitre X. Une vie sociologique provinciale bien remplie. Maurice Halbwachs et Georges Gurvitch à Strasbourg par Baudry Rocquin
  • Chapitre XI. Georges Gurvitch, un hyperactif de retour des États-Unis par Patricia Vannier
  • Chapitre XII. La recherche à l’université française de Strasbourg après 1919. Grâce aux hommes et aux structures par Françoise Olivier-Utard
  • Chapitre XIII. Professeurs antifascistes et résistants à l’université de Strasbourg par Christian de Montlibert
  • Chapitre XIV. Dominique Zahan : naissance de l’ethnologie africaine à l’université de Strasbourg par Gaëlle Weiss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.