Archives de catégorie : Colloques annoncés

Journée en hommage à Jean-Daniel Reynaud – Lundi 13 mai 2019 au CNAM

Jean-Daniel Reynaud

Jean-Daniel Reynaud, Professeur du Cnam et fondateur du Laboratoire de sociologie du travail et des relations professionnelles nous a quittés au début de l’année 2019 en laissant un grand vide derrière lui.
Le 13 mai de nombreuses personnes donneront à voir les différentes
facettes de l’homme et du scientifique qu’il était. Elles diront également combien son action et ses réflexions sont plus que jamais fertiles aujourd’hui, aussi bien du point de vue de la façon dont J.-D. Reynaud préconisait la pratique de la sociologie que du prisme théorique de la régulation sociale qu’il n’a jamais cessé d’utiliser.
Cette journée, qui sera avant tout un rituel de mémoire, sera aussi une journée de partage, d’amitié et d’heureux souvenirs animée par les compagnons de route qui ont jalonné la carrière de Jean-Daniel
Reynaud, les ancien.ne.s étudiant.e.s qu’il a formé.e.s, les
chercheurs/ses d’hier et d’aujourd’hui qu’il a accueilli.e.s au laboratoire de sociologie du travail et des relations professionnelles du Cnam en toute liberté de pensée, et toutes celles et ceux qui ont eu l’occasion de croiser sa route.

Programme

9 h : accueil café

9 h 30 : ouverture de la journée
Olivier Faron, Administrateur du Cnam ; Christian Azaïs, codirecteur du Lise-CNRS-Cnam ; Flore Barcellini, directrice de l’EPN 13 Travail du Cnam
10 h : Jean-Daniel Reynaud et l’institution de la sociologie dans
les années 1960 et 1970
Alain Touraine (EHESS), Pierre Grémion (CSO-CNRS), Gwenaële Rot (Sciences Po., CSO-CNRS), Marnix DressenVagne (UVSQ, Printemps-CNRS).
Animation : Corinne Gaudart, co-directrice du Lise-CNRS-Cnam.
11 h 15 : Jean-Daniel Reynaud au Cnam
Denis Segrestin (Science Po., CSO-CNRS), Françoise Piotet (ISST), Margaret Maruani (Cerlis-CNRS-Paris V, Mage), Anni Borzeix (CNRS).
Animation : Michel Lallement (Cnam, LiseCNRS)

12 h 30 : déjeuner libre

14 h : Présence et action de Jean-Daniel Reynaud dans les
institutions et les débats
Catherine Paradeise (Latts-CNRS, université de Marne-laVallée), Olivier Favereau (université de Paris-X), Annette Jobert (ENS Paris-Saclay, CNRS), Erhard Friedberg (Sciences Po, CSOCNRS).
Animation : Catherine Bourgeois (Cnam, Lise-CNRS)
15 h 15 : La théorie de la régulation sociale aujourd’hui
Gilbert de Terssac (université de Toulouse, Certop-CNRS), Aline Conchon (IndustrAll Europe), Danièle Linhart (CNRS), Nathalie Richebé (Skema Business School et Gredeg-CNRS).
Animation : Frédéric Rey (Cnam, Lise-CNRS)
16 h 30 : discussion et clôture
17 h : cocktail

Comité d’organisation – Cnam, Lise-CNRS : Isabelle Berrebi-Hoffmann, Catherine Bourgeois, Anne Gillet, Michel Lallement, Zaëra Mariaux, Chantal Nicole-Drancourt.
Arrangements audio-visuels : Célestin Lallement.

Pour retrouver le programme et le plan :
https://cr11aislf.hypotheses.org/files/2019/05/Programme-journée-JD-Reynaud-1.pdf

Jean-Daniel Reynaud (1926-2019)

Jean-Daniel Reynaud a fortement marqué de son empreinte le Conservatoire des arts et métiers et, au-delà, le monde académique et professionnel.
Éminent sociologue, spécialiste des questions de travail et de relations professionnelles, il participe à la création de la revue Sociologie du travail en 1959 avec Michel Crozier, Alain Touraine et Jean-René Tréanton avant de prendre la direction de la Revue française de sociologie. Analyste de l’action collective et des règles sociales, il regardait la sociologie comme un savoir susceptible d’éclairer et d’aider à la décision. Il a été l’un des quatre sages qui
ont balisé le terrain pour la loi sur la mensualisation des salaires en 1971, il a aussi participé à la commission Sudreau de 1975 sur la réforme de l’entreprise, a travaillé pour la Délégation générale à la recherche scientifique et technique et l’OCDE, a été membre du Club Jean Moulin, etc.
Normalien et agrégé de philosophie, Jean-Daniel Reynaud s’est tôt tourné vers la sociologie. Chercheur au CNRS puis enseignant à la faculté des Lettres de Lyon, il est élu en 1959 titulaire de la chaire d’« Histoire du travail et des relations industrielles » du Cnam où il prend la succession de Georges Friedmann. Le changement d’intitulé de la chaire, qui devient « Sociologie du travail et relations professionnelles » en 1968, révèle sa volonté de développer
un enseignement en prise directe avec les problèmes contemporains du travail et de l’entreprise.
Pédagogue hors pair, Jean-Daniel Reynaud a rempli sa charge d’enseignement au Cnam avec passion. Il a aussi enseigné aux universités du Chili (Santiago), de Columbia (New-York) et de Californie (Los Angeles). Chercheur actif, il a mené de grandes enquêtes sur les technologies de production, les politiques
salariales ou encore la sécurité sociale. Jean-Daniel Reynaud s’est ensuite spécialisé dans le domaine des relations professionnelles et a publié en 1963 son premier livre important, Les syndicats en France. Parmi les multiples autres publications qui ont jalonné sa carrière, deux ouvrages comptent particulièrement : Conflit du travail et changement social (avec Gérard Adam) (1978) puis Les règles du jeu (1991), son maître-ouvrage.
Jean-Daniel Reynaud a été un infatigable animateur d’équipes et de réseaux. Il avait fondé en 1969, au sein du Conservatoire, le Laboratoire d’histoire du travail et des relations professionnelles qui, sous des noms évolutifs et avec la reconnaissance du CNRS, rassemblera des chercheurs/euses et enseignant.e.s chercheurs/euses de premier plan en sociologie du travail. En 1967, il avait créé l’Association française d’études des relations professionnelles, puis en 1981 le Greco «Relations professionnelles », réseau interdisciplinaire unique en France sur le sujet qui aujourd’hui encore trouve ses prolongements à l’Association française de sociologie. Membre du comité de l’Association
internationale des relations professionnelles, il en avait été élu président de 1976 à 1979.


Colloque “Sociologies et sociologues dans l’espace européen. Entre centre et périphérie” – Vérone, 10-11 mai 2019

Organisé par l’Association italienne de sociologie et le CR11 Histoire de la sociologie de l’Association internationale des sociologues de langue française

Programme

VENERDÌ 10 MAGGIO 2019

Ore 11 ,00
Riunione del Consiglio Direttivo AIS
Enrica Amaturo (Presidente), Paola Borgna (vice-presidente), Rita Bichi (Presidente della Consulta della Ricerca), Giuseppe Moro, Consuelo Corradi, Mara Tognetti Bordogna, Lorenzo Migliorati, Carmelo Bruni, Teresa Grande, Rolando Marini.

Ore 14,30
Apertura del convegno e saluti

  • Olivia GUARALDO, Direttore vicario dipartimento Scienze Umane
  • Paola DI NICOLA, Università di Verona e Past President AIS
  • Enrica AMATURO, Presidente Associazione Italiana di Sociologia
  • Patricia VANNIER, AISLF – Coordinatrice CR11 Histoire de la sociologie

Sessione 1
Ore 15,00 Coordina Marita RAMPAZI, Università di Pavia

  • Patricia VANNIER (CR11 -AISLF – Université de Toulouse) : “Le réseau européen des sociologues francophones de l’AISLF”
  • Jean Christophe MARCEL (Université de Bourgogne) : “La réappropriation sélective des concepts américains en France (1945-1959)”
  • Monique HIRSCHHORN (Université Paris Descartes, CERLIS) : “La méthode biographique: un exemple de l’influence de la sociologie italienne sur la sociologie française”

PAUSA

Ore 17,00 Coordina Paola DI NICOLA, Università di Verona

  • Francesca Romana LENZI (Università di Roma Foro Italico) : “Identità, fratture e reversibilità del processo di civilizzazione: il laboratorio europeo di Norbert Elias”
  • Luca MORI (Università di Verona) : “Durkheim e il problema dell’inconscio. Le funzioni integrative dell’immaginario sociale”
  • Andrei GAGHI (Université d’Évry-Val-d’Essonne) : “L’école monographique de Bucarest entre désir de légitimation et ambition d’universalité”
  • Emanuela SUSCA (Università di Urbino) : “Il rifugio e il punto di osservazione privilegiato: Pareto e Losanna”

***

SABATO 11 MAGGIO 2019

Sessione 2
Ore 9,00 Coordina Patricia VANNIER, Université de Toulouse

  • Massimo PENDENZA (Università di Salerno) : “Passato-futuro dell’Europa. Riflessioni durkheimiane sull’attuale crisi dell’Unione Europea”
  • Sonia FLORIANI (Università della Calabria) : “Le figure sociologiche classiche dello straniero alla prova delle migrazioni contemporanee”
  • Ignazia BARTHOLINI (Università di Palermo) : “Il “dominio maschile” e le politiche di respingimento delle richiedenti asilo vittime di violenza dalla Francia all’Italia. Riflessioni a margine del progetto PROVIDE”
  • Milena GAMMAITONI (Università di Roma Tre) : “Teorie sociologiche classiche e contemporanee nello studio di caso dell’Orchestra di Piazza Vittorio: una sfida concettuale”

PAUSA

Ore 11,30 Coordina Monique HIRSCHHORN, Université Paris Descartes

  • Barbara GRÜNING (Università Milano-Bicocca) : “Ai confini tra Est e Ovest: Sociologia e ideologia nella Repubblica democratica tedesca”
  • Massimo CERULO (Università di Perugia/Université de Paris La Sorbonne) : “La sphère publique émotionelle: les mouvements collectifs selon la théorie sociale de Gabriel Tarde”
  • Mariella NOCENZI (Università di Roma La Sapienza) e Claudio MARCIANO (Università della Valle d’Aosta) : “La sfida della sostenibilità per gli spazi urbani contemporanei: una rivisitazione delle teorie classiche sulla città”

Ore 13,00 Fine dei lavori Comitato Scientifico

– Comité Scientifique : Enrica Amaturo, Rita Bichi, Paola Borgna, Carmelo Bruni, Consuelo Corradi, Alexandre Gofman, Teresa Grande, Suzie Guth, Monique Hirschhorn, Rolando Marini, Lorenzo Migliorati, Giuseppe Moro, Mara Tognetti Bordogna, Patricia Vannier. Segreteria organizzativa

– Comité d’organisation : Teresa Grande, Lorenzo Migliorati, Liria Veronesi.

Sociologie et sociologues dans l’espace européen : entre centre et périphérie

Colloque international organisé par
le CR 11 “Histoire de la sociologie” et
l’Association Italienne de Sociologie

Vérone, 10-11 mai 2019

***

Appel à communication

Après le colloque Strasbourg: une sociologie au cœur de l’Europe, en mai 2018, et la conférence de Catania La sociologia e le società europee: strutture sociali, culture e istituzioni, en octobre 2018, et dans l’attente du Congrès de l’AISLF en 2020 de Tunis et du Congrès de l’AIS de 2019, le CR 11 «Histoire de la sociologie» de l’AISLF (Association internationale des sociologues de langue française) et l’AIS (Associazione italiana di sociologia) organisent une initiative commune sur la sociologie et les sociologues dans l’espace européen au prisme des notions de centre et de périphérie. Comment, en deçà et au-delà des Alpes, le regard sociologique a-t-il observé l’avancée de la modernité dans l’espace européen ? En quoi les notions de centre et de périphérie rendent-elles l’analyse opérante, heuristique? Ces deux notions ne renvoient pas seulement à l’espace physique, elles sont aussi culturelles, symboliques et sociales. Centre et périphérie sont, en d’autres termes, des représentations des rapports asymétriques entre différentes traditions nationales de la sociologie. Comment la sociologie a donc représenté ses centres et ses périphéries? Comment la pensée sociologique a-t-elle irradié de ses centres vers ses périphéries ? Et quelles ont été, en son histoire, les centres et les périphéries de la sociologie, soit pour ce qui concerne les lieux, soit les thèmes et les auteurs?

Font donc l’objet de cet appel à communications les thèmes suivants:
Les théories sociologiques et l’histoire de la pensée au niveau transnational, et plus spécifiquement entre France et Italie. On s’intéressera notamment aux échanges, influences, emprunts conceptuels et/ou méthodologiques dans les sociologies nationales; aux lectures et recensions opérées entre ces espaces nationaux; aux relations et coopérations entre sociologues, institutions, revues…
Les clefs de compréhension de la pensée classique pour l’interprétation du contemporain. On tentera de montrer comment les analyses classiques peuvent éclairer le présent et les problématiques actuelles, qu’il s’agisse des mouvements sociaux actuels, des thématiques transnationales autour de la question de l’accueil des migrants ou des rapports des pays membres avec l’Union Européenne…
Les processus d’internationalisation de la pensée sociologique. On s’attachera ici au rôle des institutions de sciences sociales, à celui de programmes de recherche internationaux, des associations sociologiques, des colloques et congrès, mais aussi des revues internationales, bilingues…
L’intégration européenne dans la pensée sociologique. On cherchera les sources d’une prise en compte européenne dans la pensée sociologique, à travers des auteurs, des travaux, des courants et comment cette dimension a pu évoluer au cours du temps ou selon les courants sociologiques.

***

Le colloque se tiendra du 10 au 11 mai 2019 au département de Sciences Humaines de l’Université de Vérone.

Les résumés, de 2000 signes au maximum, devront être envoyés au plus tard le 28 février 2019 et pourront être rédigés soit en français, soit en italien.

Ils devront être adressés conjointement à Patricia Vannier (patricia.vannier@univ-tlse2.fr), Teresa Grande (teresa.grande@unical.it) et Lorenzo Migliorati (lorenzo.migliorati@univr.it).

Hommage à Georges Balandier

Hommage à GEORGES BALANDIER
Du 11 décembre 2017 au 29 mars 2018

Journée d’étude
Rencontre-Débat
Conférences publiques

JOURNÉE D’ÉTUDE
Les mondes en mouvement de Georges Balandier

Lundi 11 décembre 2017
Grand amphithéâtre – 12, rue de l’Ecole de médecine 75006 Paris 

14:00 – 14:15       Accueil
Par le Président de l’université Paris Descartes, le Président de l’AISLF, le Doyen de la Faculté des sciences humaines et sociales – Sorbonne, la Directrice du département de sciences sociales.

14:15 – 14:30       Projection
Extrait de l’entretien avec Georges Balandier, « Une anthropologie des moments critiques », in Savoir et Mémoire, n°6, 1995.

14:30 – 15:00       Conférence d’ouverture : La figure plurielle de Georges Balandier
Jean-Pierre Dozon (directeur de recherche émérite IRD, directeur d’études à l’EHESS)

15:00 – 15:45       Georges Balandier, autobiographe et écrivain
Modérateur : Francis Affergan (professeur émérite, université Paris Descartes, CANTHEL)
Intervenant(e)s : Bernard Valade (professeur émérite, université Paris Descartes, CANTHEL), Nadège Mézié (ATER, université Paris Descartes, CANTHEL)

15:45 – 16:30       Georges Balandier, sociologue africaniste
Modératrice : Sylvie Pfleger (maître de conférences HDR, université Paris Descartes, CERLIS, directrice du département de sciences sociales)
Intervenants : Abel Kouvouama (professeur, université de Pau et des pays de l’Adour, ITEM, CR 37 de l’AISLF), Erwan Dianteill (professeur, université Paris Descartes, directeur du CANTHEL)

16:30 – 17:00       Pause café

17:00 – 17:45       Georges Balandier, président de l’AISLF
Modératrice : Patricia Vannier (maître de conférences, université Toulouse Jean Jaurès, LISST-Cers, CR 11 de l’AISLF)
Intervenant(e)s : Edward Tiryakian (professeur émérite, Duke University, président d’honneur de l’AISLF), Régine Oboa (professeure, université Marien Ngouabi Brazzaville, correspondante AISLF pour l’Afrique centrale)

17:45 – 18:30       Georges Balandier, anthropologue du pouvoir et de la surmodernité
Modérateur : Henri Ossébi (Ambassadeur, Délégué permanent du Congo-Brazzaville auprès de  l’UNESCO, ancien membre du bureau de l’AISLF)
Intervenant(e)s : Claude Javeau (professeur émérite, université libre de Bruxelles, ancien secrétaire général de l’AISLF), Mélissa Elbez (doctorante EHESS, IRIS)

18:30 – 19:00       Conférence de clôture : Georges Balandier, l’homme sans traditions ?
Jean Copans (ancien professeur, université d’Amiens et université Paris Descartes, CR 37 de l’AISLF)

RENCONTRE-DÉBAT
Autour de Georges Balandier

Mardi 23 janvier 2018
18:00 – 20:00
Bibliothèque Universitaire SHS Descartes-CNRS
Bâtiment Jacob, Centre Universitaire des Saints Pères,

45, rue des Saints Pères 75006 Paris

Présentation du dossier consacré à Georges Balandier dans le n°6 de la revue cArgo et du n°228 des Cahiers d’études africaines : «Terrains et fugues de Georges Balandier»
Delphine Manetta (docteure, université Paris Descartes, ANTHEL), rédactrice adjointe de la revue cArgo, et l’équipe rédactionnelle des Cahiers d’Études Africaines.

CYCLE DE CONFÉRENCES PUBLIQUES
de janvier à mars 2018

inscrites au programme de l’École Doctorale SHS Paris Descartes

Présentées par Monique Hirschhorn (professeure émérite, université Paris Descartes, CERLIS,  présidente d’honneur de l’AISLF)

De 17:00 à 19:00
Sorbonne, amphithéâtre Durkheim – 4, rue Victor Cousin 75005 Paris

Jeudi 25 janvier 2018 : La territorialisation du sacré
Robert Ziavoula (professeur à l’INALCO, CESSMA)

Jeudi 8 février 2018  : À la recherche d’une anthropologie postcoloniale perdue
Jean Copans (ancien professeur, université d’Amiens et université Paris Descartes, CR 37 de l’AISLF)

Jeudi 8 mars 2018 : Une anthropologie de la surmodernité est-elle possible ?
Jan Spurk (professeur, université Paris Descartes, PHILéPOL, GT 29 de l’AISLF)

Jeudi 29 mars 2018 : Jusqu’où la situation coloniale définie par Georges Balandier permet-elle de penser le monde contemporain ?
Marie Salaün (professeure, université Paris Descartes, CANTHEL)

ENTRÉE GRATUITE
INSCRIPTION OBLIGATOIRE
aislf.jebalandier@gmail.com

Programme à télécharger : http://cr11aislf.hypotheses.org/files/2017/11/Programme_Balandier_AISLF_UPD_WEB-VD.pdf

Comité d’organisation
Monique Hirschhorn (AISLF/UPD)
Jean-Yves Le Talec (AISLF)
Odile Saint-Raymond (AISLF)
Sylvie Pfleger (UPD)
Comité scientifique
Francis Affergan (UPD)
Erwan Dianteill (UPD)
Jean-Pierre Dozon (IRD/EHESS)
Imed Melliti (AISLF)
Marc-Henry Soulet (AISLF)
Organisé par l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française et l’université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité.
Service Communication – Faculté SHS Université Paris Descartes – 2017. Crédits photo : DR

60 ans de sociologie à Toulouse – Retour sur les moments fondateurs

En 1957, il y a 60 ans, était créé à Toulouse à l’initiative de Raymond Ledrut, le “Centre de Recherches Sociologiques” qu’il dirigea jusqu’en 1982. Par la suite, la recherche sociologique toulousaine s’est ramifiée en diverses unités de recherche alors que l’enseignement, depuis l’ouverture de la licence en 1959, connaissait une croissance continue pour constituer l’un des départements de sociologie les plus importants du pays.
Le CERS, issu de cette première structure dont il a conservé l’acronyme, et aujourd’hui équipe de l’UMR LISST (UMR 5193), a pris l’initiative de revenir, à l’occasion de l’anniversaire de cet événement fondateur, sur les moments forts qui ont structuré la recherche et l’enseignement à Toulouse.
Quelles étaient les premières thématiques de recherche ? Qui étaient les commanditaires ? Comment conduisait-on les enquêtes sur le terrain ? Comment faisait-on de la recherche avant internet ? Comment s’opéraient les liens entre la recherche et l’enseignement ? Comment conciliait-on l’enseignement et la recherche avant la massification des universités ?
Autant de questions auxquelles d’anciens collègues, enseignants et chercheurs, tenteront de répondre en témoignant de leur expérience à partir d’une de leurs recherches menée dans un contexte universitaire, politique, social, économique… bien différent de celui d’aujourd’hui.
L’objectif de cette journée est de transmettre aux jeunes générations une part de l’histoire universitaire toulousaine, trop souvent ignorée ou oubliée, pour qu’elle devienne aussi leur histoire.

Programme : http://cr11aislf.hypotheses.org/files/2017/11/Programme-verso-JE-30.06.17.jpg

Comité d’organisation :
Béatrice Milard : milard@univ-tlse2.fr
Michel Grossetti : michel.grossetti@univ-tlse2.fr
Patricia Vannier : patricia.vannier@univ-tlse2.fr

La postérité de l’oeuvre de Durkheim (1858-1917) cent ans après

Bordeaux, 1er-3 Juin 2017

1917 – 2017 : un siècle après, le Centre Émile-Durkheim questionne l’actualité de l’œuvre d’Émile Durkheim.

Le Colloque international La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après se tiendra à Bordeaux les 1, 2 et 3 juin 2017, dans la ville qui accueillit les premiers cours de sociologie de Durkheim. Il est organisé dans le cadre de l’unité mixte de recherche qui doit son nom à ce Bordelais d’adoption (entre 1887 et 1902) pour marquer symboliquement sa dilection pour la méthode comparative : le Centre Émile-Durkheim (UMR 5116).

Toutes les informations nécessaires (programmes, modalités d’inscription) sont disponibles sur le site dédié : https://durkheim17.sciencesconf.org/

XXe Congrès de l’AISLF, Montréal Juillet 2016 – Programme du CR 11

Mardi 5 juillet de 8h30 à 10h30
Session 1. Le rôle des institutions
Présidée par Monique Hirschhorn

08h30-08h50   Accueil et présentation générale des séances
08h50-09h10   Marine DHERMY-MAIRAL : « La science sociale, l’éducation morale et l’action, un tryptique pour le renouvellement de la sociologie: Célestin Bouglé et le Bureau international du travail (1920-1932) »
09h10-09h30 Marcel FOURNIER : « La Maison des Sciences de l’Homme-Paris et la sociologie »
09h30-09h50     Pause
09h50-10h10    Patricia VANNIER : «  A quoi servent les Congrès ? L’exemple des congrès internationaux de sociologie »
10h10-10h30 Khadija ZAHI et Mohamed ABABOU : « Collaboration internationale : modalités de construction et de mise en place des projets de collaborations scientifiques au Maroc »

Mardi 5 juillet de 14h à 17h
Session 2. Les contextes nationaux
Présidée par Patricia Vannier

14h00-14h20   Monique HIRSCHHORN : « Retour sur l’histoire de la sociologie des changements de la société française depuis 1950 »
14h20-14h40 Andrei GAGHI : « Nouvelles orientations dans l’histoire de la sociologie roumaine. Cooperativa Gusti »
14h40-15h00   Martine MESPOULET : « Sortie du communisme en Hongrie: Sociologues et statisticiens face à l’analyse de l’évolution de la structure sociale »
15h00-15h20    Nader VAHABI : « Quelle sociologie après la révolution iranienne de 1979 ? » (incertain) ou Discussion
15h20-15h40    Pause
15h40-16h00    Reiner KELLER : « Pourquoi faut-il croire aux sociologues ? L’exemple de la sociologie qualitative en France et en Allemagne »
16h00-16h20  Frédéric PARENT et Paul SABOURIN : « Pour une ethnographie historique de la sociologie : le cas de la sociologie québécoise »
16h20-16h40   Discussion
   

Mercredi 6 juillet de 8h30 à 10h30
Session 3. La réception des œuvres
Présidée par Marcel Rafie

08h30-08h50   Alexandre GOFMAN : « Sociologie de la mode et la mode en sociologie »
08h50-09h10  Jean-Christophe MARCEL : « L’héritage philosophique de la sociologie en question : la réception de l’anthropologie culturelle américaine en France dans les années 1950 »
09h10-09h30  Lorenzo MIGLIORATI : « La réception de Maurice Halbwachs en Italie : nouvelles vagues de redécouverte »
09h30-09h50   Pause
09h50-10h10  Baptiste BROSSARD : « Les conditions sociales d’un oubli: Charles H. Cooley et la sociologie francophone »
10h10-10h30 Arnaud SAINT MARTIN : « Des « classiques » faire un tri sélectif ? La position ambivalente de Robert K. Merton »

              Mercredi 4 juillet de 14h à 17h
Session 4. La construction des disciplines
Présidée par Khadija Zahi

14h00-14h20 Bertrand LAVOIE : « L’apport de l’interdisciplinarité à la  reconstitution des conditions de production des savoirs sociologiques »
14h20-14h40  Sébastien MOSBAH-NATANSON et Marcia CONSOLIM : « Quelle démarcation entre sociologie et socialisme ? L’espace des revues scientifiques et politiques françaises des années 1890 »
14h40-15h00 Ioana POPA : « Logiques (inter)disciplinaires et institutionnalisation des études sur des aires culturelles en France pendant la Guerre froide »
15h00-15h20 Christelle DORMOY-RAJRAMANAN : « La sociologie à Nanterre autour de « 68 » : étude de l’ancrage social et politique de son enseignement, de 1965 aux années 1970 »
15h20-15h40 Pause
15h40-16h00 Jean-Louis HIRIBARREN et HMonique IRSCHHORN : « Entre sociologie et psychologie sociale, l’émergence de la psychosociologie en France »
16h00-16h20 Thomas SEGUIN : « Perspectives historiques et dynamiques contemporaines sur la relation entre la psychologie et la sociologie »
16h20-16h40 Dan FERRAND-BECHMANN : « Sociologie du bénévolat : histoire courte »
16h40-17h00 Benoît COUTU : « Pour une sociologie de la réconciliation »

Jeudi 7 juillet de 8h30 à 10h30
Session 5. L’actualité de la recherche
Présidée par Alexandre Gofman

08h30-08h50 Nicolas ADELL : « Biographie sociale, sociologie d’une vie intellectuelle, vie savante. Approches de sociologie et d’anthropologie des figures savantes »
08h50-09h10  Hélène CHARRON : « Reconnaissance intellectuelle des femmes dans les sciences sociales françaises avant 1940 »
09h10-09h30 Pause
09h30-10h30 Réunion du comité

Jeudi 7 juillet de 14h à 17h
Session 6. L’histoire des idées
Présidée par Patricia Vannier

14h00-14h20 Jean-François FILION : « Réalisme ontologique et subjectivité politique chez Hegel et Durkheim »
14h20-14h40  François PIZZARO NOEL : « Emile Durkheim : Le manuscrit de la leçon retrouvée. Leçon 1 : théorie des sanctions »
14h40-15h00 Rita CACCAMO : « Georg Simmel : mode vs art »
15h00-15h20 Sabrina PAILLÉ : « Nazisme et modernité: Enjeux idéologiques et mémoriels »
15h20-15h40 Pause
15h40-16h00 Mahmoud DHAOUADI : « Ibn Khaldoun et son œuvre pionnière en sciences sociales et humaines »
16h00-16h20 Romain PUDAL : « Pragmatic turn et sociologie »
16h20-16h40 Cherry SCHRECKER et Philippe MASSON : « Individualisme, subjectivité et réflexivité »
 16h40-17h00  Discussion générale

               

                          

               

              

Colloque Claude Lefort

Avec Lefort, après Lefort,
« Prendre en charge l’expérience de notre temps » 

7, 8 et 9 juin 2016
Université Caen Normandie 

En 1966, Claude Lefort fut nommé à l’université de Caen afin d’y créer le Département de sociologie. Cinquante ans après, ce département, entouré de la revue du MAUSS, d’Anamnèse et des laboratoires du CERReV (EA 3918) et Identité et subjectivité (EA 2129), entend fêter sa naissance en interrogeant à nouveau l’œuvre de son fondateur. À la suite des quelques manifestations organisées autour de lui de son vivant ou après, l’hommage que nous voulons lui rendre ne peut valoir s’il ne consiste dans une nouvelle interrogation de la pertinence de son œuvre et de sa démarche aujourd’hui et demain. Si l’héritage est assez bien connu, la question de savoir qu’en faire maintenant reste ouverte. Dans quelle mesure une pensée qui a tant apporté à la compréhension de la modernité et du XXe siècle peut encore éclairer « les ténèbres » du monde qui lui succèdent ?

 

Colloque « Qu’est-ce qu’une école de pensée ? »

3-4 Novembre 2016 (à confirmer)
Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier (UMR CNRS UB 7366)

En partenariat avec le GT 49 de l’AFS et le CR11 de l’AISLF 

Malgré quelques réflexions déjà publiées sur la question (Jean-Louis Fabiani, « Faire école en Sciences Sociales », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, par exemple) la notion « d’école » dans une discipline reste largement impensée et fait partie de ces termes polysémiques dont l’évidence apparente du sens dissimule la complexité.

Il s’agirait de réfléchir aux conditions sociales d’existence de telles communautés de pensée pour construire des critères qui autorisent à parler d’une « école » (ou d’absence d’école autour d’un auteur), c’est-à-dire d’un collectif plus ou moins structuré et délimité dans le temps et l’espace, autour duquel un certain nombre d’individus se reconnaissent et agissent dans un champ disciplinaire. Qu’est-ce qui fait aussi qu’une école peut perdurer après la disparition de ses « fondateurs » ? Raisonner à partir de cas particuliers (école dite de « Chicago » en sociologie par exemple) permettrait, dans une perspective comparative, d’aider à préciser ce qu’on entend par ce terme. Continuer la lecture de Colloque « Qu’est-ce qu’une école de pensée ? »