Archives de catégorie : Publications des membres

La sociologie en toutes lettres. L’histoire de la discipline à travers les correspondances

Le travail épistolaire représente une grande partie de l’activité des sociologues et se matérialisait jusqu’il y a encore quelques décennies par des lettres administratives, professionnelles, scientifiques, ou encore familiales. Ces correspondances constituent un matériau précieux qu’il s’agisse de retracer les itinéraires des sociologues, de reconstituer des réseaux d’échange intellectuel, d’apprécier l’influence d’une pensée, d’analyser l’élaboration d’une théorie, de saisir la force d’un débat, de mettre à jour des stratégies professionnelles ou des engagements, de comprendre un contexte social, scientifique, politique….

Les treize chapitres rassemblés dans cet ouvrage proposent une illustration diversifiée de ces documents épistolaires et de leurs usages pour l’histoire de la discipline. Écrites par des sociologues réputés (tels Durkheim, Bouglé, Gurvitch, Crozier, Merton) ou par des sociologues moins connus, ces correspondances se révèlent en effet très différentes par leur ampleur – certains écrivent beaucoup, d’autres peu –, par le nombre et la qualité des correspondants, par l’objet de leur contenu ou par le statut de l’échange épistolaire, renvoyant à des époques et des contextes eux aussi divers. Si les lettres échangées appellent les contributeurs à l’ouvrage à certaines précautions analytiques, elles offrent une saisie intimiste de la discipline et du travail du sociologue.

Avec les contributions de Matthieu Béra, Jean-Michel Chapoulie, Michel Dubois, Alexandre Gofman, Suzie Guth, Jean-Paul Laurens, Sébastien Mosbah-Natanson, Frédéric Parent, Gwenaële Rot, Arnaud Saint-Martin, Antoine Savoye, Patricia Vannier, Sylvain Wagnon.

****

Continuer la lecture de La sociologie en toutes lettres. L’histoire de la discipline à travers les correspondances

Strasbourg, creuset des sociologies allemandes et françaises

L’installation à Strasbourg en 1872 de la Kaiser-Wilhelms-Universität fut une entreprise culturelle et politique de grande envergure. L’Empire allemand a créé cette institution et la France l’a utilisée. Cette université a joué un rôle important dans la formation des sociologues « fondateurs » au tournant des XIXe et XXe siècles.

Durant la période allemande, nombre de professeurs de Strasbourg ont été membres du Verein für Sozialpolitik. En 1888, un jeune docteur nommé Max Weber y adhéra à son tour. Il avait fréquenté assidûment la famille de son oncle, le professeur Hermann Baumgarten, et avait suivi ses cours lors de son service militaire à Strasbourg. L’étudiant Robert E. Park y prépara son doctorat avec Wilhelm Windelband. Georg Simmel y occupa son premier poste de professeur ordinaire.

Après 1919, Maurice Halbwachs, Marc Bloch et Lucien Febvre y imprimèrent leur marque. Ils ont contribué par la qualité de leurs recherches à promouvoir dans l’université française de Strasbourg de l’entre-deux-guerres des problématiques nouvelles et transversales, même si les départs pour Paris furent nombreux et qu’ils ont fragilisé l’institution, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Georges Gurvitch n’y est resté que quelques années avant son long séjour aux États-Unis.

C’est cette période riche de l’université de Strasbourg qui a vu l’éclosion ou la maturation des travaux de nombreux sociologues que cet ouvrage entreprend d’explorer à partir d’un ensemble de contributions originales émanant de chercheurs français, allemands et italiens.

Continuer la lecture de Strasbourg, creuset des sociologies allemandes et françaises

Frédéric Parent – Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition

L’auteur s’inscrit dans une longue tradition sociologique au Québec – de Léon Gérin en passant par Jean-Charles Falardeau, Fernand Dumont, Gilles Houle, Nicole Laurin et Nicole Gagnon – et permet sa redécouverte. Il nous montre le cheminement de Léon Gérin, « le premier sociologue cana­dien », en même temps que celui d’une certaine société, comme une trame évolutive de l’individu et de la collectivité dans laquelle il s’active.

Le recours à la correspondance nourrie de Gérin, ainsi qu’à de riches fonds d’archives, nous fait entrer dans le privé, aborder des aspects difficiles à déceler dans d’autres types de sources et reconstituer les réseaux de relations du sociologue. Les connaissances qui en découlent apportent un éclairage qui nous fait mieux comprendre la société québécoise de cette époque, mais aussi d’aujourd’hui.

https://pum.umontreal.ca/catalogue/leon-gerin-devenir-sociologue-dans-un-monde-en-transition

Frédéric Parent est professeur au Département de sociologie de l’UQAM où il enseigne la méthodologie qualitative, l’ethnographie et la sociologie du Québec. Il a notamment publié Un Québec invisible. Une enquête ethnographique dans un village de la grande région de Québec.

Luc et Christian Boltanski par Anne Sauvageot

Luc Boltanski est un sociologue dont les travaux ont initié un tournant décisif dans l’histoire de la discipline, mais il écrit et publie aussi recueils de poèmes, pièces de théâtre et opéra. Christian Boltanski est un artiste plasticien reconnu internationalement, dont les œuvres ont marqué de leur empreinte l’histoire de l’art contemporain. Même s’il prétend n’avoir guère étudié et ne jamais lire, il s’interroge constamment sur les énigmes du social. Si proches et si différents, ces deux frères font preuve, à travers leur biographie menée ici en parallèle, d’une forte proximité créative autour d’une préoccupation qui leur est commune – la fraternité – non pas seulement celle qui les a fait frères – mais une fraternité au-delà des frontières, une fraternité pensée, réfléchie, choisie.

Anne Sauvageot est professeur émérite de sociologie (Université Toulouse Jean Jaurès). Elle a publié entre autres Voirs et savoirs (PUF, 1994), L’Épreuve des sens (PUF, 2003), Sophie Calle. L’art caméléon (PUF, 2007), Jean Baudrillard. La passion de l’objet (PUM, 2014).

« Les « années 68 » des sciences humaines et sociales », RHSS n°26

 À l’occasion des cinquante ans des « événements » de Mai-Juin 68, riches d’une actualité éditoriale foisonnante, l’équipe de la Revue d’histoire des sciences humaines voudrait vous signaler l’existence de son volume n° 26, paru en février 2015, « Les « années 68 » des sciences humaines et sociales ». Il développe un angle d’approche assez rare sur la période, en essayant d’éviter les spéculations vagues sur une chimérique « pensée 68 », à distance tout à la fois de la dénonciation et de l’hagiographie. Il essaie de tenir compte des apports de l’historiographie de la période et propose en fin de volume un état de l’art aussi complet que possible sur le thème du dossier, intitulé « Une fertilisation paradoxale ».

Présentation du dossier :  https://www.dropbox.com/s/1cnt79de5tw4oq8/Flyer%20RHSH%20pr%C3%A9sentation%20n%C2%B026.pdf?dl=0

L’ensemble du dossier sera disponible en version électronique sur Open éditions à l’automne, mais le volume demeure accessible sous sa version papier : http://www.publications-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100520030&fa=author&person_ID=6066

Très cordialement
Wolf Feuerhahn et Olivier Orain
Pour le comité de rédaction de la Revue d’histoire des sciences humaines


Le sujet

L’étude de Mai 68 a été profondément renouvelée depuis vingt ans. Mais en matière d’histoire des sciences humaines, on en est resté à des évidences : pour certains, il ne fait pas de doute que la physionomie du champ a été bouleversée, pour d’autres ce n’est qu’écume à la surface d’un océan. Les contributions réunies dans ce volume prennent au sérieux la question de l’incidence des « années 68 » sur les parcours des individus, des groupes et des disciplines, participant de ce que l’on n’appelait pas encore les « SHS » (sciences humaines et sociales). La focale varie d’un article à l’autre. Elle est micro historique quand elle s’attache à des lieux, des revues, des institutions, saisis dans leur singularité. Elle adopte une échelle disciplinaire quand, dans le cas de la géographie, les événements allemands et français sont mis en parallèle. Le dossier se fait l’écho des intenses débats et remises en question qui ont alors eu lieu dans d’innombrables mondes sociaux ou professionnels, humeur à laquelle les scientifiques n’ont pas échappé. Il dépeint une époque passionnément attachée aux expériences collectives, éphémères ou pérennes, à rebours d’un cliché trop rebattu sur l’individualisme que notre époque aurait hérité de 68. Au détour d’analyses générales, c’est toute la force du verbe et l’inventivité de l’image que l’on a tenté de convoquer, dont les « années 68 » ont été particulièrement prodigues.

 

Sommaire

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain, Éditorial, p. 5

Dossier : Les « années 68 » des sciences humaines et sociales

Olivier Orain, Introduction, p. 9

Marc Joly, “Excellence sociologique et « vocation d’hétérodoxie » : Mai 68 et la rupture Aron-Bourdieu”, p. 17

Patricia Vannier, “Mai 68 et la sociologie. Une reconfiguration institutionnelle et théorique”, p. 45

Renaud Debailly, “Critique et discipline. Les convergences entre la critique radicale et la sociologie des sciences à partir de Mai 68”, p. 63

Mathieu Quet, “Mai 68 et la sociologie des sciences. Les revues sur les sciences et la société, symptôme des restructurations disciplinaires”, p. 83

Annick Ohayon, “La psychosociologie des groupes aux sources de Mai 68 ?”, p. 101

Jean-Christophe Coffin, “Les deux 68 de la psychiatrie”, p. 115

Liora Israël, “La revue Actes : le droit saisi par le regard critique dans le sillage de 68″, p. 135

Olivier Chadoin et Jean-Louis Violeau, “Architecture et sociologie : matériau pour l’analyse d’un croisement disciplinaire”, p. 151

Nicolas Ginsburger, “Les « enfants terribles » de la Landschaft. Revendications, contestations et révoltes dans la géographie universitaire ouest-allemande (Bonn, Berlin-Ouest, Kiel) en 1968-1969″, p. 173

Olivier Orain, “Mai 68 et ses suites en géographie française”,  p. 209

Olivier Orain, “Une fertilisation paradoxale ? Bilan historiographique de l’incidence de Mai 68 sur les transformations des sciences de l’homme et de la société dans les années 1960-1970”, p.  243

Document, “Propositions destructives”, p.  297

Olivier Orain, “À propos de « Propositions destructives »”, p. 305

Svetla Koleva – Totalitarian Experience and Knowledge Production

Sociology in Central and Eastern Europe 1945-1989

Totalitarian Experience and Knowledge Production examines, in a comparative perspective, sociology as practiced in six European Communist countries marked by various forms of totalitarianism in the period 1945-1989. In contrast to normative sociology’s view that such coexistence is essentially impossible, the author argues that sociology could function in these undemocratic societies insofar as sociologists succeeded in establishing relatively autonomous institutional and cognitive zones. Based on the self-reflection of scholars who had practiced their profession during that period, the book reveals the tribulations of the scientific identity of sociology under the specific social-political conditions of totalitarian societies. It becomes evident that the basic principle that made sociological knowledge possible was freedom of thought in search for scientific truth despite the ‘truth’ imposed by political authority.

Biographical note

Svetla Koleva, DSc (2017), is Research Director at the Institute for the Study of Societies and Knowledge, Bulgarian Academy of Sciences. She has published numerous articles and six books, including Sociology as a Project. Scientific Identity and Social Challenges in Bulgaria, 1945-1989 (Pensoft, 2005, in Bulgarian), Sociology in Bulgaria through the Eyes of Generations. Interviews with Bulgarian Sociologists (Pensoft, 2012, in Bulgarian, co-editor). She edited the special issue of Sociological Problems on ‘Non Hegemonic Sociologies: From Contexts to Practices’ (2015) and co-edited the issue on ‘New Objects of Sociology’ for Cahiers de Recherche Sociologique (2016, no. 59-60).

Readership

All interested in the contexts and modalities of sociology in post-1945 Communist Europe, its institutional and cognitive development, and, seen through its disciplinary history, how it was able to function in totalitarian Communist societies.

Pour en savoir plus : brill_-_totalitarian_experience_and_knowledge_production_-_2018-01-04

Marc Joly – La révolution sociologique

Au tournant du XIXe et du XXe siècle, l’ordre de la pensée, du savoir et des représentations a été ébranlé par la sociologie naissante. L’image de l’« homme », de l’existence humaine, s’en est trouvée profondément bouleversée. Cette révolution sans morts ni barricades a en revanche fait de nombreuses victimes, à commencer par la philosophie. Face à l’idée d’une autonomie et d’une singularité irréductible des faits sociaux, parachevant le développement d’approches objectivistes de l’esprit humain, la philosophie s’est retrouvée acculée, sommée de se redéfinir et d’abandonner à la sociologie, au moins provisoirement, les terrains de la morale et des conditions de possibilité de la connaissance.
Avec Max Weber, Georg Simmel et Ferdinand Tönnies en Allemagne, Émile Durkheim et surtout Gabriel Tarde en France, la sociologie consacra, tout d’abord, le principe d’une pluralité de déterminations historiques et objectives pesant sur l’existence humaine. Elle ratifia, ensuite, l’avènement d’une conception nouvelle de la construction théorique, respectueuse de la complexité et de la force contraignante des faits ainsi que de la nature « sociale » des catégories de pensée et des pratiques de production et de transmission des connaissances.
Une grande partie de la philosophie du XXe siècle peut être lue comme une réponse à cette révolution cognitive. C’est ainsi que Henri Bergson, Georges Canguilhem, Martin Heidegger, William James, Karl Jaspers, Maurice Merleau-Ponty ou encore Bertrand Russell sont soumis, ici, à une grille d’analyse inédite.
Un ouvrage aussi documenté qu’audacieux, qui offre la première histoire croisée de la sociologie et de la philosophie.

 

Biblioteca Durkheimiana

Biblioteca Durkheimiana est une collection bilingue (portugais et français) et critique qui vient de paraître au Brésil dans l’édition Edusp de l’Université de São Paulo.

9788531415951          Volume 1 – Émile Durkheim

Sommaire : https://www.edusp.com.br/detlivro.asp?ID=415951

 

9788531415968        Volume 2 – Henri Hubert

Sommaire : https://www.edusp.com.br/detlivro.asp?ID=415968