Archives par mot-clé : Gurvitch

La sociologie en toutes lettres. L’histoire de la discipline à travers les correspondances

Le travail épistolaire représente une grande partie de l’activité des sociologues et se matérialisait jusqu’il y a encore quelques décennies par des lettres administratives, professionnelles, scientifiques, ou encore familiales. Ces correspondances constituent un matériau précieux qu’il s’agisse de retracer les itinéraires des sociologues, de reconstituer des réseaux d’échange intellectuel, d’apprécier l’influence d’une pensée, d’analyser l’élaboration d’une théorie, de saisir la force d’un débat, de mettre à jour des stratégies professionnelles ou des engagements, de comprendre un contexte social, scientifique, politique….

Les treize chapitres rassemblés dans cet ouvrage proposent une illustration diversifiée de ces documents épistolaires et de leurs usages pour l’histoire de la discipline. Écrites par des sociologues réputés (tels Durkheim, Bouglé, Gurvitch, Crozier, Merton) ou par des sociologues moins connus, ces correspondances se révèlent en effet très différentes par leur ampleur – certains écrivent beaucoup, d’autres peu –, par le nombre et la qualité des correspondants, par l’objet de leur contenu ou par le statut de l’échange épistolaire, renvoyant à des époques et des contextes eux aussi divers. Si les lettres échangées appellent les contributeurs à l’ouvrage à certaines précautions analytiques, elles offrent une saisie intimiste de la discipline et du travail du sociologue.

Avec les contributions de Matthieu Béra, Jean-Michel Chapoulie, Michel Dubois, Alexandre Gofman, Suzie Guth, Jean-Paul Laurens, Sébastien Mosbah-Natanson, Frédéric Parent, Gwenaële Rot, Arnaud Saint-Martin, Antoine Savoye, Patricia Vannier, Sylvain Wagnon.

****

Continuer la lecture de La sociologie en toutes lettres. L’histoire de la discipline à travers les correspondances

Strasbourg, creuset des sociologies allemandes et françaises

L’installation à Strasbourg en 1872 de la Kaiser-Wilhelms-Universität fut une entreprise culturelle et politique de grande envergure. L’Empire allemand a créé cette institution et la France l’a utilisée. Cette université a joué un rôle important dans la formation des sociologues « fondateurs » au tournant des XIXe et XXe siècles.

Durant la période allemande, nombre de professeurs de Strasbourg ont été membres du Verein für Sozialpolitik. En 1888, un jeune docteur nommé Max Weber y adhéra à son tour. Il avait fréquenté assidûment la famille de son oncle, le professeur Hermann Baumgarten, et avait suivi ses cours lors de son service militaire à Strasbourg. L’étudiant Robert E. Park y prépara son doctorat avec Wilhelm Windelband. Georg Simmel y occupa son premier poste de professeur ordinaire.

Après 1919, Maurice Halbwachs, Marc Bloch et Lucien Febvre y imprimèrent leur marque. Ils ont contribué par la qualité de leurs recherches à promouvoir dans l’université française de Strasbourg de l’entre-deux-guerres des problématiques nouvelles et transversales, même si les départs pour Paris furent nombreux et qu’ils ont fragilisé l’institution, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Georges Gurvitch n’y est resté que quelques années avant son long séjour aux États-Unis.

C’est cette période riche de l’université de Strasbourg qui a vu l’éclosion ou la maturation des travaux de nombreux sociologues que cet ouvrage entreprend d’explorer à partir d’un ensemble de contributions originales émanant de chercheurs français, allemands et italiens.

Continuer la lecture de Strasbourg, creuset des sociologies allemandes et françaises